Magazine High tech

Question de débit : peut-on utiliser Tor au quotidien ?

Publié le 28 décembre 2010 par Romainbochet

Suite à un commentaires posté sur mon dernier article concernant Tor, l'anonymisation simple avec Tor, j'ai décidé de creuser un peu plus l'aspect restriction de bande passante qu'implique l'utilisation de Tor au quotidien.

Cet article n'est pas une présentation de Tor, et n'aborde qu'un domaine relativement restreint de l'utilisation de Tor ; si vous ne connaissez pas ce logiciel, allez plutôt voir la page Wikipédia, et cet article pour l'installer.

Si il y a une chose qui augmente de manière régulière depuis des années, c'est bien la taille des pages et du contenu Web ; quand on voit le poids d'un écran GMail ou le nombre d'internautes qui consultent des photos sur Flickr et de vidéos sur Youtube, on comprend aisément qu'un bon débit est recommandé pour une navigation agréable. Dans le précédent billet, je disais que la navigation avec Tor était bien plus agréable que ce que j'avait connu lors des expériences précédentes, ce qui rend l'outil utilisable, mais je n'avait pas essayé de quantifier cette différence. Je vais essayer de le faire aujourd'hui.

La méthode

Dû à la nature de Tor en tant que réseau, les paquets d'une connexion TCP passeront par un nombre aléatoire de relais, et par des routes avec elle mêmes plus ou moins de débit. Le débit restant à l'utilisateur final sera donc bien entendu :

  • Plus faible que le plus faible de ces débits ;
  • Variables suivant les routes empruntées.
Etape 1 : Une première routeEtape 2 : Chemin alternatif pour un autre host
Deux chemins différents au fil de temps.

Pour essayer d'avoir quelques chiffres, j'ai donc réalisées quelques mesures de débit sur ma propre connexion avec un outil de mesure de débit pour essayer de déterminer un débit moyen (ou une valeur approchée). J'ai utilisé l'outil de SFR, avec une installation de Tor telle que décrite dans l'article précédent. La vitesse de ma connexion est actuellement d'environ 5,5 Mb/s.

Il faut garder à l'esprit que ces chiffres ne sont pas une référence absolue ; ils dépendent de l'utilisation qui est actuellement faite de la ligne, et de nombreux autres facteurs que l'on ne peut pas déterminer.

Les chiffres et le ressenti

J'ai noté tous les résultats dans une feuille de calcul que vous pouvez télécharger ici. Le graphique principal est est reproduit ici. Les extrêmes (hauts et bas) ont été enlevés, car il ne correspondaient pas vraiment à des expériences classiques de navigation avec Tor.

Graphique débit Tor

Débit disponible avec Tor.

On constate globalement à l'usage que ce débit est relativement suffisant pour naviguer sur la plupart des sites. On ne peut certes pas envisager de regarder des vidéos en HD, mais pour tout le reste, il n'y a globalement pas de problèmes.

Il faut également voir que par défaut, la route au sein de Tor change toutes les 30 secondes, ce qui conduit à une réduction à la moyenne du débit ressenti. Dans mon cas, pour une navigation de 15 minutes environ, j'aurais eu une moyenne d'environ 1685 Kb/s, ce qui est tout à fait honnête à mon goût.

Par contre, vous aurez un ping anormalement élevé, ce qui est normal car l'établissement d'un chemin n'est pas instantanné (choix des nœuds, établissement des tunnels cryptés, connexion à l'hôte cible).

Une solution

D'expérience, je sais qu'il arrive parfois que l'on tombe dans ce que l'on pourrait appeler un "trou de réseau", où le débit est brutalement si faible qu'il empêche une utilisation correcte. Dans ce cas, si vous utilisez l'installation que j'ai décrite précédemment, il existe un bouton sur Vidalia (l'interface de contrôle) qui permet de ne pas attendre 30 secondes pour changer de route.

On peut raisonnablement espérer que le lien suivant se révélera être plus efficace.

La (bonne) solution

La solution précédente ne peut être qualifiée de panacée aux problèmes de lenteurs, car elle ne fait que reporter le trafic sur les nœuds les plus performants, ce qui conduit à dégrader la qualité de services de ceux ci.

La vraie solution consiste à devenir soit même un nœud du trafic, ce qui permet de faire d'une pierre trois coups :

  • la disponibilité ;
  • le débit résultant ;
  • l'anonymat.

Plus qu'un "relay", si votre ordinateur tourne tout le temps, vous pouvez envisager d'en faire un nœud de sortie sur l'Internet, et non plus seulement un nœud interne.

Dans tous les cas, vous pouvez vous laisser guider par la très complète documentation du projet Tor.

La question légale

On peut se poser la question de la légalité de l'utilisation ou de la participation au réseau Tor ; en effet, on est amené a router le trafic d'anonymes  (c'est-à-dire de faire transiter des flux inconnus sur sa propre connexion). Si on se fie à la FAQ  des questions légales de Tor, on apprend que personne n'aurait jamais été poursuivi pour utilisation de Tor dans le monde entier.

Je vous laisse vous faire votre propre idée sur le sujet, mais n'hésitez pas à contribuer à rendre ce réseau plus sûr et plus performant si vous en avez les moyens (ce qui ne coûte rien pour la plupart des gens avec une ligne fixe).


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Romainbochet 5 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine