Magazine

Olé!

Publié le 22 novembre 2010 par Jana

218921_2059915699142_1282158149_2538549_5695907_o.jpg 

222965_2058988795970_1282158149_2537016_7050029_n.jpg

Oui à la corrida, non au foie gras ! 
D’un côté, mort d'un taureau de combat, au nom d'un rite venu du fond des âges. De l’autre, gavages de volatiles à des fins de réveillon. Dans les deux cas, des victimes. Nos sociétés dysneylandisées choisissent les leurs. Mais si le taureau élevé en prince dans sa prairie natale connaît des jours de rêve avant l’arène, les oies, maintenues en batterie et bourrées à mort, ne verront jamais la lumière du jour.
Et puis, le premier tue. Les secondes pas.

J’ai vu une corrida pour la première fois cet été. Jusque-là, je ne me  prononçais pas, même si je comptais parmi mes proches des aficionados convaincants. Sur place, révélation. Passé la première demi-heure à me demander ce que je faisais là, navrée du spectacle de cette malheureuse bête harcelée par une bande de sadiques, j’ai compris.  J’ai compris la noblesse de cet art que les zoophiles bien-pensant qualifient de boucherie, juste bonne à assouvir un fantasme de sang.
Noblesse. D'abord, celle du torero. Son costume nous consolerait des aisselles de Gaël Monfils. Son port de danseur étoile, ses cris de cinéma muet, sa gestuelle de héros. Confrontation héroïque, le terme n’est pas trop fort, entre un fauve qui a grandi dans l'obsession de combattre – sans corrida, il serait en cage dans un zoo –  et d’un homme qui n'a pas froid aux yeux, et en fait profession. Ce dont le spectateur ne se doute pas : le sol de l'arène tremble sous vos pieds, quand le taureau vous charge.   
La corrida ritualise l'affrontement immémorial de l’homme et de la nature, qui est celui du courage et du danger. Elle ne perpétue pas un sacrifice. Elle nous joue le drame de l’honneur et de l’héroïsme – deux valeurs il est vrai assez mal en point sur le théâtre de M. Bernard Arnault.  
Voyons le contexte : ce n'est pas la Vache qui rit ni un aimable saint-bernard qu'on propulse dans l'arène. Ce n'est pas un bon gros toutou qu’on immole pour le plaisir d’une foule en liesse. C'est  un monstre qu'on lâche, et dont toutes les fibres sont dédiées au combat – encore a-t-il le choix de s'abstenir.  Au lieu de finir en légende dans la mémoire des toreros, libre à lui de sortir en tartare d'un hachoir. L'alternative est simple, et
la controverse enflammée entre les "pour" et les "contre" n'est qu'un acte de plus au procès qui oppose les âmes poétiques aux adorateurs de la Carte vitale.

En Espagne, la loi du 28 juillet qui interdit la corrida sur le territoire de la Catalogne a fait rentrer celle-ci dans le rang des régions bedonnantes, normales et civilisées. Plus qu’une mesure en faveur des animaux, c’est bien le rejet d'un caractère national – d'un caractère tout court. C’est surtout, plus gravement, la fin d’une Europe fière d'elle-même et de ses spécificités, succombant à la normalisation promue par Bruxelles. 
En voilà une, de mise à mort!

Faut dire : le foot, c'est vachement mieux, et tellement plus sympa ! Tellement plus dans l'air du temps, tellement plus adapté à nos publics de voyous, de buveurs de cannettes et de petits vieux… 

Olé !

P1120682.jpg

P1050012.JPG


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jana 628 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte