Magazine Humeur

Séguin - Mitterrand

Publié le 11 janvier 2011 par Jlhuss

capture.1294690357.JPGLes lecteurs connaissent parfaitement benjamin qui anime ce blog par ses commentaires quelquefois “édités” et avec Makhno au grand moment du Tour de France . Benjamin a un blog dont je recommande une fois de plus la lecture. Il a la gentillesse de m’autoriser à publier ici certaines de ses notes. Elles le seront in-extenso, sans aucun commentaire préalable. Merci encore à benjamin.

Nous célébrons deux anniversaires, celui des 15 ans de la disparition de François Mitterrand et le décès, il y a un peu plus d’un an de Philippe Seguin . Benjamin a écrit une note sur le face à face de ces deux hommes au moment du débat européen de Maastritch qui me semble devoir inaugurer agréablement l’initiative.

*

Il-y-a dix neuf ans seulement, nous avions en France des débats de cette qualité. 19 ans, c’est peu. Preuve qu’on peut abandonner les “si y’en a qu’ça les démange de…”, “les Français y veulent pas que…” etc. au profit d’argumentations dignes et posées. Cette nouvelle façon de dialoguer est récente,et constituera, espérons-le, une parenthèse dans nos moeurs politiques. Se mettre au niveau des gens, ce n’est pas s’abaisser. Jamais.


En 1992, lors du référendum sur le traité de Maastricht, le président de la République, François Mitterrand , et Philippe Séguin , partisan du “non”, débattaient de l’Europe à la Sorbonne . Cette semaine, de nombreux ténors du Parti socialiste seront présents à la commémoration des 15 ans de la mort de l’ancien président socialiste. Au moment où l’UMP, notamment François Fillon, rend hommage à la mémoire Philippe Séguin, décédé il y a un an. (le Monde.fr)

*******************************

6a00d8341c710a53ef0148c763dab5970c-250wi.1294686959.jpg
A l’époque, un homme politique encore jeune, François Fillon, se proclamait gaulliste social, disciple inconditionnel de Philippe Séguin et le soutenait dans son combat contre l’adoption du traité de Maastricht.
Moins de vingt ans plus tard, il est devenu  un défenseur inconditionnel de l’euro, adepte de la stricte logique comptable, de la subordination veule et abjecte aux marchés,  opposé au volontarisme politique. Cherchez l’erreur.
Il est vrai que dès 1994, il passait de Séguin à Balladur (virage à peu près comparable à celui d’Eric Besson, pour en situer l’ampleur), avant de revenir chez Chirac abandonné ensuite en rase campagne pour mieux soutenir Sarkozy. Comme disait Edgar Faure: “Ce n’est pas la girouette qui tourne; c’est le vent”
Et François Mitterrand, dans tout ça?
6a00d8341c710a53ef0148c763dd8f970c-250wi.1294687027.jpg
Il a pesé de tout son poids pour l’adoption du funeste traité de Maastricht, en concédant bien trop à la stricte logique financière sans exiger en contrepartie un minimum d’harmonisation sociale.
Et en cela, il eut tort. Grand tort. Dernier Président à avoir connu les affres de la seconde guerre mondiale, il était habité par sa volonté acharnée de réussir une construction européenne rendant cela impossible à l’avenir (et la tragédie yougoslave en gestation devait le conforter dans cette obsession)
Seulement lui, il a eu l’honnêteté de laisser se dérouler une campagne équilibrée au cours de laquelle les adversaires du traité ont pu s’exprimer librement et développer leurs arguments. Même quand les sondages laissaient présager une victoire du NON, le pluralisme a continué d’être la règle. Rien à voir avec le scandaleux bourrage de crane de 2005… la qualité du débat dont nous pouvons suivre un extrait ci-dessus suffit à nous le démontrer.
6a00d8341c710a53ef0147e15a3e95970b-250wi.1294687091.jpg
Et on voit mal Mitterrand organiser, en cas de rejet, une magouille politicienne pour s’asseoir sur la volonté populaire, comme l’UMP acoquinée avec la quasi totalité du PS en ont concoctée après le rejet massif du TCE, contourné par le scélérat Traité de Lisbonne qui en reprend 98% des dispositions.
Autre époque, autres moeurs. Etonnez vous de la remontée de la peste brune, devant de tels dénis de démocratie!

*************************************

6a00d8341c710a53ef0148c763e6ea970c-250wi.1294687144.jpg
Les guignols du PS se précipiteront bientôt à Jarnac, pour récupérer la dépouille de Mitterrand à l’occasion du 15ème anniversaire de son décès. Ce sera la foire d’empoigne devant les caméras pour être dans le bon angle de prise, dans le cimetière de la paisible ville charentaise où on ne les voit guère d’habitude.
Je peux en témoigner pour m’être rendu dans ce cimetière lors d’un anniversaire de sa mort et où je n’ai pas croisé grand monde, hormis des gens de la famille et de parfaits inconnus de mon espèce.
Ceux de l’UMP, Fillon en tête, pleureront des larmes de crocodile sur Seguin, dont c’est un euphémisme que de dire qu’il ne portait pas le balladuro-sarkozysme dans son coeur. Au bal des faux-culs, il y aura toujours des valseurs!
Pour Seguin. C’était un adversaire, et à l’occasion sacrément vachard. Il n’empêche: il en avait, lui. Et il ne se vendait pas pour un plat de lentilles, même avec une grosse saucisse dedans. Séguin: un pupille de la nation qui a toujours refusé la Légion d’honneur parce que son père, Mort pour la France, n’avait pas été distingué.

Benjamin


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jlhuss 148 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines