Magazine

Californication, saison 4, c'est parti !

Publié le 11 janvier 2011 par Sébastien Michel
Un titre tiré d’une chanson, vous pourriez vous dire qu’on vous vend du réchauffé… Non, c’est une bonne claque que vous prenez. Un scénario percutant et aucun effets spéciaux au rendez vous. Totalement immorale, jouissif pour sûr, on redécouvre (ou découvre) le talent de David Duchovny dans cette série, qui dure déjà depuis 4 ans à présent. Il est drôle, incisif et complètement paumé.
Californication
En résumé, si vous ne connaissez pas encore, Hank Moody (David Duchovny) est un écrivain qui a écrit un "chef d’œuvre". Adapté au cinéma, c’est le début de la gloire, mais surtout le début de la fin. La série s’ouvre après tout cela. C’est la chute de cet homme, écrivain qui n’écrit plus. Presque divorcé, il n’était pas marié. Presque père, sa fille assume plus de responsabilité que lui-même. Il est en crise, il boit, fume et baise tout ce qu’il peut. Mais qu’est-ce qui fait donc la différence dans cette série ? Je l'ai dit, complètement immorale. Enfin une série pour adulte, qui change des productions bonnes à abreuver les adolescents.
Le pilote de la série plantait le décor : Hank rentre dans une église, il veut parler à Dieu. Mais à peine a-t-il commencé à s’adresser à Jésus qu’une nonne lui propose son aide en lui suggérant... une bonne fellation ! S'exécutant aussitôt... C’est parti et bien parti, âme sensible ou cul bénit s’abstenir. Pour le reste, il faut voir les 12 épisodes de chaque saison : 3 au total, la 4ème a commencé hier. C’est piquant, enjoué et on ne tombe pas dans le mélo. Je ne vous donnerai pas plus de détails car voir le premier épisode permet de s’immerger dans l’atmosphère décadente d’Hollywood. Sur le canevas du divorce, de la crise de la quarantaine, David Duchovny donne sa pleine mesure sur le ton de l’humour. Car si j’ai bien dit jouissif, c’est une véritable catharsis. Les acteurs arrivent à donner de l’ampleur et le scénario donne le tempo
En définitive, si vous avez une soirée à tuer, que vous êtes un poil déprimé(e), sortez une bouteille de votre alcool préféré, une cigarette ou un cigare si vous fumez, et regardez le premier épisode : effet garantie. Les 3 autres saisons suivront naturellement, tout comme la 4.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Sébastien Michel 3013 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog