Magazine Politique

Soutenons la lutte des populations de Tunisie et d'Algérie!

Publié le 11 janvier 2011 par Npa_le_havre @NPA_Havre

Contre la misère et la répression, la révolte!

Dans les deux pays, la liste de victimes de la répression étatique ne cesse de s’allonger. Si les causes immédiates de la révolte y sont différentes, les raisons profondes en sont les mêmes refus de :

  • la misère et du chômage dans lesquels est précipitée une grande partie de la population, tandis que la minorité mafieuse participant au pouvoir s'enrichit en toute impunité,
  • la corruption et le népotisme érigés en norme de fonctionnement de l'appareil d'Etat,
  • les recettes appliquées depuis des années par les néolibéraux et sociaux-libéraux du FMI, de la Banque mondiale et de l'Union pour la méditerranée (surexploitation, casse des services publics, privatisations...).
  • les incessantes attaques contre la liberté d'expression et les libertés syndicales dans ces deux Etats policiers.

Si ces deux régimes ont pu jusqu'à présent se maintenir face au mécontentement massif de la population, c'est en grande partie parce qu'ils reçoivent depuis des années le soutien des gouvernements qui se sont succédés dans les pays occidentaux, trop contents de pouvoir disposer sur place d'une main d'œuvre à bas prix.
Pas étonnant que dans ces conditions, des millions de maghrébins ne voient d'autre solution que de prendre le chemin de l'exil, au péril de leur vie, pour ensuite être surexploités dans les pays occidentaux qui fabriquent ainsi des sans-papiers.

Organiser la solidarité

Face à tant d'injustices et d'exploitation, les peuples de Tunisie et d'Algérie se soulèvent aujourd'hui. Il est du devoir du mouvement ouvrier français de les soutenir, comme le fait pour la Tunisie, le collectif constitué depuis deux ans par la CGT, la CFDT, la FSU, et l'Union syndicale Solidaires.

L'heure est à la constitution en France d'un vaste rassemblement de toutes celles et ceux qui, aux côtés des organisations de l'émigration maghrébine, veulent apporter leur soutien aux jeunes, aux salariés, aux chômeurs, aux femmes, aux défenseurs des droits de l'Homme, aux petits paysans qui, de l'autre côté de la méditerranée se battent dans des conditions difficiles. C'est ce que tente de faire, par exemple, le collectif « Maghreb solidarité » ou tout récemment le « Collectif Sidi Bouzid ».

Le quasi silence du gouvernement français est intolérable. Pire, Bruno Le Maire, ministre de l'Agriculture, a étalé sa complicité en déclarant que Ben Ali était « mal jugé et qu'il avait fait beaucoup de choses ».

Tous ensemble, nous pouvons contraindre le gouvernement Sarkozy et l'Union européenne à ne pas se contenter de verser des larmes de crocodiles sur les morts. Qu'ils cessent enfin de soutenir à bout de bras ces deux régimes en renonçant à leurs petits arrangements néo-colonialistes.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Npa_le_havre 55 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines