Magazine Bons plans

Le hard-discount plus cher que les hypers

Publié le 11 janvier 2011 par Admngsi

Une étude de Familles Rurales révèle que les prix du hard-discount sont parfois plus chers que ceux du supermarché. Les leçons à tirer pour faire ses courses au meilleur prix.

Des prix en hausses
En 5 ans, les prix n’ont pas cessé d’augmenter, selon l’observatoire annuel de l’association de défense des consommateurs Familles Rurales. Cette hausse d’environ 2,7% cache pourtant des évolutions contradictoires en fonction du type de produit (« premiers prix », marques distributeurs ou grandes marques) et de la surface de vente choisie (hypermarché, supermarché ou hard-discount)

Alors, entre la boîte d’oeufs et le kilo de pommes de terre ou la botte de radis, comment faire le tri ? Famille Rurale et L’Expansion.com ont identifier là où il fallait faire ses courses en 2010.

Pâtes et produits laitiers moins chers en hard-discount
Sur un panel de 13 produits de base comprenant entre autres les pâtes et produits laitiers, mais aussi les boissons chaudes et desserts, les « premiers prix » caracolent toujours en tête du classement des produits les moins chers. Le panel « 1er prix » est presque moitié moins cher que celui des marques nationales (75,6 euros) et 23% moins cher que celui des « marques de distributeurs » (29 euros).

Mais attention aux idées reçues. Contre toute attente, les produits « 1er prix » sont vendus plus chers dans les hard-discounts que dans les hyper ou supermarchés. Le consommateur achètera son kilo de pâtes 0,9 euro dans un hard-discount, contre 0.8 euro dans un supermarché ou 0,7 euro dans un hypermarché. « Si les hard-discount jouent sur une stratégie de consommation à bas prix, c’est loin d’être le cas dans la réalité » affirme Thierry Damien, de Familles Rurales.

Concernant les produits de marque (nationale ou distributeurs), il est plus avantageux de les acheter en supermarché qu’en hypermarché. La différence ? L’hypermarché possède un espace de vente de plus de 2500 m2 et se situe généralement en périphérie des grandes villes, contrairement au supermarché, plutôt situé en centre-ville.

Le marché, pas si compétitif pour les fruits et légumes
Manger cinq fruits et légumes par jour reste toujours un luxe en 2010. Suivre cette recommandation a un coût de 1 euros par jour et par personne contre 0,9 euro l’an passé. Un couple sans enfant y consacrera environ 63 euros par mois, mais un couple avec deux enfants de plus de 10 ans verra sa facture atteindre un montant d’environ 126 euros.

Et les hard-discount prennent ici leur revanche, car les marchés locaux sont peu compétitifs. C’est là où les fruits et légumes y sont les plus onéreux. Acheter un kilo de 8 fruits et 8 légumes coûte presque 50 euros sur les étals, contre 40 euros dans un hard-discount, et autour de 47 euros dans un hyper ou supermarché. En 2009, les endroits à éviter étaient les hyper et supermarchés, les fruits et légumes y étant plus chers qu’ailleurs.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Admngsi 15 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines