Magazine Ebusiness

Le Twitter de l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle : peut mieux faire !

Publié le 11 janvier 2011 par Youssef Rahoui

Twitter Roissy-Charles de Gaulle

Je suis parti en vacances une dizaine de jours le lendemain de Noël dernier. Mon avion décollait depuis l'aéroport de Roissy. Au vu des intempéries qui frappaient, et qui ont contraint des milliers de voyageurs a attendre un hypothétique vol, j'avoue que j'étais inquiet de savoir si je n'allais pas hanter l'Île-de-France plutôt que l'Île Maurice… Heureusement, l'avion est parti ponctuellement.

C'est durant cette expérience que j'ai découvert que l'aéroport de Roissy possèdait un compte Twitter. Hélas, il est bien loin de tirer profit du potentiel que revêt pour lui cet outil.

En premier lieu, remarquons qu'il est difficile d'imaginer un cas où l'usage de Twitter fasse davantage de sens. Que je sois voyageur ou une personne qui en attend un, je souhaite être informé en continu de l'actualité du vol qui me concerne. Or que propose le Twitter de l'aéroport de Roissy ?

Twitter aéroport Roissy

En français et en anglais, des messages génériques sur l'activité ("Alerte neige terminée", "Trafic aérien normal", etc.) entrelardés d'auto-promotion ("Visitez http://cdgfacile.com") et de messages relationnels ("Bonne année").

Quel contraste ! N'est-il pas évident que les voyageurs devraient pouvoir s'abonner à une recherche liée à leur numéro de vol qui leur permettrait ainsi de recevoir en temps réel des informations liées à leur vol ?

Côté utilisateur, le moteur de recherche de Twitter permet de le faire (par exemple,  AF1784 pour une requête sur le vol Air France n°1784). Côté aéroport, l'équipe technique doit travailler à formaliser la diffusion de l'information. J'imagine, par exemple : Vol retardé #AF1784.

Je ne dis pas que cela est aisé à faire techniquement - il faut étudier l'API et, peut-être, se rapprocher de Twitter - mais il me paraît évident qu'un tel service apporterait une valeur tangible aux voyageurs. Au demeurant, je pense qu'il ne faudrait pas seulement s'arrêter à Twitter, qui n'est pas grand public, mais mettre en place un service comme en propose 4info ou Mobilefriends.

En conclusion, voilà donc encore une implémentation superficielle des réseaux sociaux (la page Facebook est à l'avenant). Au lieu d'une implémentation paresseuse, pourquoi ne pas saisir de l'opportunité de ces nouveaux outils en étudiant leur fonctionnement, les meilleurs usages qui en sont faits et injecter cette connaissance dans l'intelligence que l'on a de son activité et de ses utilisateurs pour proposer un service massivement utile ?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Youssef Rahoui 1626 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte