Magazine Info Locale

Juppé-Madrelle : un dialogue de sourds ?

Publié le 11 janvier 2011 par Bordeaux7
La guerre froide se poursuit entre la ville de Bordeaux et le Conseil général de la Gironde. Le maire de Bordeaux vient en effet de rejeter la proposition de la députée PS Michèle Delaunay visant à transformer l’ex salle des fêtes du Grand Parc en agora numérique assortie d’une scène pour l’IDDAC. Dans son courrier, Alain Juppé indique que la ville ne souhaite pas vendre cet immeuble et s’étonne de la volonté du conseil général d’acquérir le bâtiment «alors même que l’on connaît les difficultés financières auxquelles doit faire face le département, comme vous me l’avez indiqué à plusieurs reprises, pour expliquer que le conseil général ne pouvait s’associer à la réalisation d’équipements d’intérêt régional et départemental sur le territoire de la ville de Bordeaux».
«Incompréhension persistante»
Faut-il voir dans ce courrier une réponse au refus du Département de financer certains projets bordelais comme le grand stade ou le centre culturel et touristique du vin ? Toujours est-il que c’est ainsi que l’entend le président du Conseil général Philippe Madrelle. Ce dernier prend acte de la décision du maire de Bordeaux et profite de l’occasion pour dissiper ce qu’il appelle «une incompréhension persistante» concernant la politique départementale menée à Bordeaux. «Si on tient compte du fait que la ville de Bordeaux et Euratlantique seront les principaux bénéficiaires de la LGV Tours-Bordeaux, je confirme à Alain Juppé que sa ville est de très loin, celle de la Gironde qui profite le plus des financements départementaux». Pas de quoi convaincre Alain Juppé qui déplorait récemment «la disparition de Bordeaux du paysage départemental et régional. Ce qui est quand même un tour de force». Philippe Madrelle va même plus loin et ajoute qu’il ne faudrait pas que «la phobie anti-Delaunay égare les esprits de la mairie de Bordeaux». Le président rappelle ainsi à la bonne mémoire d’Alain Juppé qu’au-delà de l’exercice de ses compétences, la liste des grands équipements publics bordelais financés hors compétences par le Conseil général est «très longue». «Le Département vient d’ailleurs, hier encore, d’être saisi par la mairie de Bordeaux pour une démarche de subvention pour un projet de production d’énergie hydrolienne».
Michèle Delaunay pour sa part s’interroge quant à ce qui a motivé cette fin de non-recevoir et assure en outre que sa proposition tient toujours. Mais peu de chance qu’elle aboutisse car à en croire Alain Juppé, la ville a «un projet en cours de définition».• SDé

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Bordeaux7 3734 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog

Magazine