Magazine Société

Intégrisme religieux

Publié le 18 janvier 2011 par D.ieu Nous Aime...
Drapeau États-Unis 10.jpgAux États-Unis, pour une "prophétesse" médiatique, des oiseaux morts dans l'Arkansas et les inondations en Australie seraient la faute des gays.
Cindy Jacobs.jpgCindy Jacobs, fondatrice de Generals International et qui se définit elle-même comme un "prophète de la Nation", déclare en effet que la nature réagit à l'abolition du Don't ask, don't tell.
La thèse du châtiment divin n'est pas nouveau chez les extrémistes religieux aux États-Unis et partout dans le monde.
Oiseaux morts dans l'Arkansas.jpgElle explique que le 1er janvier 2011, les milliers d'oiseaux dans l'Arkansas ne sont pas morts de frayeur à cause des feux d'artifice du Nouvel an, mais par la volonté de D.ieu.
Et pourquoi D.ieu aurait-il été si courroucé?
Don't ask, Don't tell 1.jpgPour elle, parce que les autorités fédérales américaines ont récemment décidé de mettre fin à la règle "Don't ask, don't tell", qui obligeait les soldats gays à ne pas révéler leur homosexualité sous peine d'être exclus de l'armée.
Cindy Jacobs déclare "Souvent, la Nature se met à nous parler".
La punition divine est l'explication délirante et haineuse qu'elle a très sérieusement avancée le 15 janvier 2011.
Elle justifie sa position en disant "Que se passe-t-il lorsqu'une Nation prend des décisions opposées aux principes divins? Souvent, la Nature elle-même va se mettre à nous parler, par exemple au travers de violentes tempêtes, de raz-de-marée. (...) Les oiseaux sont tombés dans la ville de Beebe, en Arkansas. Le nom du gouverneur de l'Arkansas est Beebe. Et quelque chose est venu d'Arkansas qui est la règle "Don't ask, don't tell", qui a été proposée par l'ancien gouverneur de l'État, Bill Clinton(...). C'est peut-être parce que nous avons accordé à ces gens qui commettent ces actes le droit d'être reconnus dans notre armée pour la première fois, que potentiellement quelque chose s'est passé sur la terre où des centaines de milliers de poissons sont morts et ces oiseaux sont tombés du ciel".
Pour elle, ces calamités sont d'ordre divin.
C'est une explication de rejet qu'elle n'est pas la seule à mettre en avant.
Des groupes fondamentalistes ont ainsi récupéré à leur compte les récentes inondations meurtrières en Australie.
Philadelphia Church of God.jpgThe Philadelphia Trumpet.jpg
Pour la Philadelphia Church of God, aux États-Unis, ça ne fait pas de doute, c'est le châtiment de Sodome qui se rejoue.
On peut lire les arguments de cette Église dans The Trumpet, son magazine en ligne, "D.ieu a dit de l'Australie, cette nation qui accueille l'un des plus infâme défilé homosexuel du monde (le Mardi gras à Sydney). Car leur vin est pire que celui de Sodome et des champs de Gomorrhe - à moi appartient la vengeance et la récompense car le jour de leur calamité est proche".
Tsunami 1.jpgCes pseudo-explications haineuses avaient déjà été entendues lors du tsunami en Asie du Sud-est en 2004, où les 200 000 morts s'expliquaient pour certains extrémistes religieux par le développement du mariage gay et du tourisme sexuel en Thaïlande.
Quant à la Nouvelle-Orléans, elle avait été désignée comme une nouvelle Sodome, quand le cyclone Katrina l'a dévastée.
On peut être effrayé quand on voit de telles théories.
Le péril juif 1a.jpgHomophobie 23.jpgC'est exactement ce que sous le nazisme, on disait des Juifs, rendus responsables de tous les problèmes du monde, ce qui a justifié l'extermination.
L'Église catholique romaine a récemment dit de même en expliquant très sérieusement que si l'Église regorgeait de pédophiles en son sein, c'est à cause des gays.
Ces théories de la vengeance divine sont stupides et incitent à la haine.
Ces théories sont très graves, bien plus graves que d'être contre le mariage gay.
Seigneur, libère-nous de la haine.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


D.ieu Nous Aime... 72 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine