Magazine Société

Le Crif joue avec le feu (Ligue des Droits de l’Homme)

Publié le 18 janvier 2011 par Unpeudetao

Tribune de Michel Tubiana, président d’honneur, publiée sur Mediapart le 16 janvier 2011 :

Le président du CRIF se targue d’avoir fait interdire une réunion sur invitations qui devait se tenir à l’Ecole Normale Supérieure autour des personnes poursuivies pour leur appel à boycotter les produits israéliens ou ceux issus des colonies mais estampillés, en toute illégalité, comme israéliens.

La LDH pour sa part, comme l’Autorité palestinienne, dont la représentante en Europe Leila Chahid devait participer à la réunion finalement interdite, considère comme plus efficace d’appeler au respect de la législation européenne et donc de cibler les produits issus de colonies.

Comme le précise l’appel à soutenir les personnes poursuivies, “certains d’entre nous appellent au boycott de tous les produits israéliens ; d’autres « ciblent » les seuls produits des colonies israéliennes ; d’autres encore choisissent des formes d’action différentes. Mais nous sommes tous unis pour refuser catégoriquement que les militant-e-s de la campagne internationale Boycott-Désinvestissement-Sanctions (BDS) soient accusés et jugés pour “provocation publique à la discrimination”…. »

Comment ne pas voir, en effet, derrière l’action du CRIF la volonté d’exonérer en permanence les autorités israéliennes de leurs actes en jetant sur toute critique le voile de l’antisémitisme et de la délégitimation de l’Etat d’Israël.

Si le CRIF n’a jamais cessé de proclamer que la critique n’était pas interdite, les propos de ses présidents successifs, les articles qui figurent sur son site attestent qu’en fait de critiques, le CRIF refuse de reconnaître que l’Etat d’Israël est un Etat comme un autre qui a les mêmes droits et les mêmes responsabilités.

Censé représenter la communauté juive de France, encore qu’il n’en a jamais été qu’une émanation très partielle, le CRIF s’est transformé en porte-parole des autorités israéliennes, adoptant presque sans retenue les différents crédos de celles-ci. L’évolution de sa direction n’y est sans doute pas étrangère.
Ses silences, voire certaines de ses publications, ajoutent à cette complaisance une forme de dérive qui conforte son inféodation aux plus radicaux.

C’est ainsi que son ancien président, Roger Cukierman, a pu publier sur le site du CRIF, une tribune, certes n’engageant que lui, en date du 22 mars 2010, fleurant bon le danger que représente le ventre trop fécond des femmes musulmanes… Au-delà de la dénonciation rituelle des atteintes aux mosquées et aux cimetières, en ces temps de haine de plus en plus ouverte contre ceux et celles, français ou non, qui se réclament de l’Islam, une telle prose amène à s’interroger sur l’influence de ce mal sur le CRIF.

L’on cherchera aussi vainement sur le site du CRIF la manifestation d’une quelconque inquiétude concernant les restrictions de plus en plus fortes apportées par la droite israélienne à la liberté d’association en Israël, là aussi parce la dénonciation de la colonisation et des crimes de guerre constitueraient un danger. L’Etat d’Israël rejoindra-t-il par ce biais les détestables législations de ses voisins qui conduisent à réduire la liberté d’association ?

Quant aux libelles qu’ont dû supporter les signataires du timide mais bienvenu appel « Jcall », y compris de la part du président actuel du CRIF, ils révèlent que l’attachement naturel que tel ou tel peut avoir à l’Etat d’Israël entraîne une sorte de sidération allant jusqu’à la négation de l’évidence.

En adoptant cette attitude, le CRIF prend le risque de laisser croire qu’il y aurait une sorte de signe d’égalité entre les juifs pris collectivement ou individuellement, et la politique des autorités israéliennes. Cette double prise d’otage, qu’elle vise à interdire tout débat sous prétexte d’antisémitisme ou qu’elle vise à identifier tout juif à l’action gouvernementale israélienne, ne peut que conduire qu’à une communautarisation accrue du débat politique.

L’interdiction de la manifestation de soutien qui devait se dérouler le 18 janvier à l’E.N.S. n’est donc pas simplement une atteinte à la liberté d’expression.
Elle est aussi la forme la plus imbécile de soutien à l’existence de l’Etat d’Israël. Elle est enfin et peut-être surtout en France, la meilleure manière qui soit d’attiser le repli sur des communautés artificielles mais antagonistes.

Michel TUBIANA
Président d’honneur de la LDH

Tribune publiée sur Médiapart le 16/01/2011

*********************************************

Ligue des Droits de l'Homme :

www.ldh-france.org


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Homme providentiel

    Quel est le poids de l’homme providentiel dans la marche de l’histoire ? Je me pose cette question à l’occasion de la Réforme allemande (ma lecture du billet... Lire la suite

    Par  Christophefaurie
    SOCIÉTÉ
  • Les droits de l'animal

    droits l'animal

    C'est un tout petit livre, format miniature, qui fait 146 pages et coûte 3 €. Publié chez Dalloz dans la collection A savoir, il a été écrit par deux auteurs... Lire la suite

    Par  Taomugaia
    HUMEUR, SOCIÉTÉ
  • Conférence de la SLC : Entreprise, droits fondamentaux et droits sociaux

    Conférence Entreprise, droits fondamentaux sociaux

    Dans le cadre des JEUDIS de la SOCIÉTÉ de LÉGISLATION COMPARÉE et du cycle consacré à l’entreprise face aux droits fondamentaux Le Conseil constitutionnel et... Lire la suite

    Par  Bfdc
    JURIDIQUE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Défenseur des droits

    Défenseur droits

    La commission des lois de l’Assemblée nationale vient d’adopter un amendement visant à intégrer au projet de défenseur des droits une nouvelle autorité, le... Lire la suite

    Par  Letombe
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Un homme souple-dur

    homme souple-dur

    La mode masculine est un secteur assez conservateur, des créateurs ne manquent pas d’audace pour sortir les silhouettes des sentiers battus, mais les... Lire la suite

    Par  Gommette1
    SOCIÉTÉ
  • Droits et devoirs

    Alexis Cossette-Trudel, un sociologue en devenir, a publié un texte intéressant sur l’urgence de retrouver le sens du devoir. Il déplore le fait qu’en... Lire la suite

    Par  Magazinenagg
    HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • La collectivisation des droits

    collectivisation droits

    Extrait de La vertu d’égoïsme d’Ayn Rand (traduction de Bertrand Lemennicier). Le Droit est un principe moral qui définit le Bien et le Mal dans les rapports... Lire la suite

    Par  Copeau
    CULTURE, INTERNET, MÉDIAS, PRESSE ÉCRITE, SOCIÉTÉ

A propos de l’auteur


Unpeudetao 369 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog