Magazine

Mémoires d’un planqué

Publié le 18 janvier 2011 par Corboland78

J’ai vu l’affichette en passant devant la vitrine, « Bricolex recherche des personnes pour son inventaire du 31 janvier. Veuillez vous adresser à la caisse ». L’inventaire, le mot me fait encore frémir et me rappelle le temps où j’étais dans la vie active.

Dans le Grand Magasin où je travaillais, notre inventaire général se déroulait en octobre, la troisième semaine du mois en général. Administrativement parlant, les préparatifs commençaient au milieu du printemps et les résultats comptables tombaient en fin d’années, autant dire que l’inventaire s’étalait sur neuf mois des douze qu’en comporte une année. Le comptage du magasin ne durait qu’une demi journée, le matin, ce qui fait perdre du chiffre d’affaires et obligent les équipes à hâter la cadence pour ouvrir les portes aux clients le plus vite possible.

Cette journée de comptage m’était une hantise chaque année. Imaginez compter un par un les slips ou les vis dans un rayon, les cartes postales ou les boutons de culotte dans un autre, penché ou dressé sur la pointe des pieds, à quatre pattes parfois. Toute l’entreprise se prêtait à cette corvée inévitable, employés et cadres, vendeurs et personnels administratifs, d’ailleurs les congés étaient interdits à cette date. Tout le monde y avait droit, exceptés peut-être, les handicapés physiques et les femmes enceintes sur le point de perdre les eaux. Et… moi !

Oui, tous les ans j’avais la hantise de devoir compter la camelote, mais tous les ans j’y échappais par une sorte de miracle sans cesse renouvelé. Très vite j’avais été incorporé à un petit groupe chargé de collecter les documents sur lesquels les comptages étaient notifiés. Les années passant, la technique s’améliorant et l’informatique s’en mêlant, nous avons procédé autrement et le petit groupe n’avait plus de raison d’être. C’est là que les bonnes fées qui jusqu’à aujourd’hui m’ont toujours escorté, montrèrent leurs talents. Je me suis retrouvé tout seul, « responsable » d’un bureau chargé du dispatching des personnels de comptage, c’est-à-dire qu’en fin d’inventaire, quand des rayons entiers ont terminé de compter, les gens sont réaffectés sur les secteurs qui n’en ont pas fini, et c’est là que j’intervenais pour redistribuer ces personnes en fonction de la demande.

Les dernières années, la méthodologie ayant encore fait des progrès, mon poste subsistait mais je n’avais plus rien à faire, si ce n’est de temps en temps, passer un coup de fil aux directeurs d’étage pour leur demander si tout se passait bien chez eux ! Evidemment une telle mission demande des compétences rares, il faut être capable de rester assis dans un fauteuil durant de longues heures toute une matinée, sans rien faire mais en ayant toujours l’air prêt à intervenir, la main proche du téléphone et les yeux rivés sur la liste des numéros susceptibles d’être contactés. Une mission de confiance pour une élite triée sur le volet.

Pendant que toute l’entreprise s’affairait dans le magasin comme les abeilles dans une ruche, moi seul, tout en haut de la pyramide dans un coin de rayon déserté et calme, stoïque à mon bureau j’attendais que les heures s’écoulent. J’aurais dû logiquement attendre cette journée avec impatience, pourtant chaque année je craignais que mon poste soit supprimé, que ma planque soit révélée au grand jour et qu’on m’envoie dans les sous-sols comme d’autres le furent en Sibérie. Mais non. Alors, lundi 31 janvier, soyez certains que j’irai faire un tour chez Bricolex pour les regarder à travers la vitrine compter les pinceaux et les ampoules électriques. En souriant dans ma barbe, bien entendu.     


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Corboland78 254 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte