Magazine Bourse

Vous ne sera jamais riche!

Publié le 18 janvier 2011 par Fabien Major @fabienmajor

J’ai le plaisir de vous présenter ce matin, le texte d’un blogueur que j’admire beaucoup: Pierre-Olivier Langevin. Plusieurs de ses billets viennent me chercher, mais celui-ci risque d’en sortir plus d’un de leur lazy-boy. Il arrive à moment judicieux! Castonguay veut installer une castonguette de la retraite, on reçoit nos relevés de cartes de crédit, il faut contribuer à son REER et on n’a rien gagné à «Célébrations»! Eh oui, un autre sondage indique que les Québécois et les Canadiens vivent de rêves et d’espoir et fuient carrément la réalité de l’endettement. Époustouflante statistique: 15% des Québécois espèrent se sortir du pétrin avec des gains de loteries. On est bien bon pour être jaloux ou chanter sur la richesse des autres. Mais faire la sienne… c’est trop d’effort!

Vous ne serez jamais riche. Voici pourquoi

Bien que je ne sois qu’un simple et humble blogueur parmi tant d’autres, j’ai régulièrement l’opportunité de discuter de mes prises de position et de la finance en général avec mes collègues, mon lectorat et mes proches. L’un des éléments dont je me rends compte le plus souvent en discutant, c’est que malgré l’apparence de volonté de vouloir s’enrichir au fil des ans, la grande majorité des salariés ne seront jamais vraiment prospères. Aujourd’hui, je vous livre, en un billet plutôt simpliste, les 3 raisons qui font qu’à mon avis, la plupart des petits travailleurs sont malheureusement destinés, au mieux, à rêver d’une vie plus riche financièrement…

Vous ne serez jamais riche parce que vous n’épargnez pas suffisamment. Ce n’est pas moi qui le dis, mais bien l’ensemble de la communauté financière canadienne. C’en est triste au point de constater que les Américains, ceux auquel il n’y a pas si longtemps on reprochait d’être embarqué dans une spirale de surconsommation infernale sont maintenant légèrement moins endettés que le Canadien moyen. J’ignore ce que vous attendez pour réduire votre endettement, mais si vous ne le faites pas, la hausse des taux d’intérêt vous sera très difficile à avaler!

  • «L’endettement des Canadiens est maintenant plus élevé que celui des Américains. La dette des ménages canadiens a augmenté de 6,7 % depuis un an et le ratio d’endettement (dette sur les revenus) atteint 148,1 %, contre 147,2 % aux États-Unis.» source
  • «…Les Québécois sont beaucoup moins nombreux que leurs concitoyens canadiens à mettre de l’argent de côté en prévision de leur avenir (69% contre 80%). La catégorie des individus ayant épargné moins de 20 000 $ dans les cinq dernières années pour financer leur retraite accueille 64% des résidents du Québec et 59% de ceux du reste du Canada.» source
  • «La banque centrale affirme que les Canadiens ont désormais la plus lourde charge d’endettement de l’histoire du pays. Les dernières données signalent que le ratio de la dette des ménages comparés au revenu disponible a atteint 147%.» source

Vous ne serez jamais riche parce que vous n’investissez pas correctement
Tout d’abord, pour bien investir, encore faut-il savoir comment investir! Connaissez-vous beaucoup de joueurs de hockey professionnels qui chaussent les patins en vue de la partie sans connaître le plan de match? Vous connaissez sans doute la réponse à cette question et elle s’applique également très bien aux investisseurs boursiers. Cependant, posséder une philosophie d’investissement, ce n’est pas tout! Il faut également avoir la bonne et la suivre à la lettre, quitte à la modifier légèrement au fil des ans (sans faire la girouette bien sûr). À mon avis, avoir la bonne philosophie d’investissement se résume à 2 règles générales de base soit celle d’investir à long terme afin de diminuer le risque de fluctuation ainsi que celle de se limiter exclusivement à des titres conformes à son cercle de compétences. Si vous dérogez à ce plan, le risque de perdre de l’argent devient trop grand. Si vous déviez constamment de votre philosophie au point où vous pourriez ne pas avoir de philosophie et que ça reviendrait tout simplement au même, c’est possiblement que vous n’avez pas la sagesse suffisante pour être investisseur (et vous n’aurez probablement pas la sagesse de suivre ce conseil non plus).

Dans un autre ordre d’idée qui s’avère tout de même complémentaire au fait que vous n’investissez pas correctement, sachez que vous ne connaissez pas suffisamment les différents régimes d’épargne et que cela, jour après jour, vous fait perdre énormément d’argent. À titre d’exemple, vous pensez qu’un CELI est une nouvelle sorte de légume importé qui se vend au supermarché et bien que vous sachiez vaguement ce que c’est, vous ne cotisez pas à votre REER! Bon j’y vais peut-être un peu fort sur celle-là. Peux être qu’après tout, si vous prenez le temps de lire le Journal financier d’un Y, c’est que vous connaissez déjà toutes ces choses… mais alors faites le test: Demandez aux amis et collègues de travail autour de vous s’ils ont un CELI et demandez-leur de vous expliquer en quoi cela consiste. Vous serez étonné de la piètre qualité des réponses de monsieur et madame tout le monde…

Vous ne serez jamais riche, car vous ne le désirez pas réellement
Peut-on se mentir à soi-même? Je crois que oui! Car malgré les bonnes prétentions que plusieurs se donnent, je vois rarement les gens accepter les sacrifices que leurs décisions imposent… Ceux qui veulent perdre du poids mangent quand même plus que quiconque dans les fast food, ceux qui veulent faire de l’exercice restent trop souvent immobiles devant le téléviseur et ceux qui veulent mettre de l’argent de côté se procurent sans cesse tous les bidules inutiles simplement pour assouvir une soif inexplicable de consommation (quitte à sortir la carte de crédit pour ne pas mettre un frein à cette envie). À toutes ces personnes qui prennent des résolutions ou se fixent des objectifs qu’ils n’arrivent jamais à tenir par manque inavoué de volonté, je vous dis que vous n’avez que vous même à blâmer! Je crois dur comme fer que si vous n’arrivez pas à atteindre vos objectifs, c’est que vous focalisez beaucoup trop sur ce que vous ne voulez pas plutôt que sur ce que vous désirez vraiment!

En ce sens, je constate trop souvent un négativisme permanent chez les personnes à qui le succès ne se présente jamais. Vous dites sans cesse que vous ne pouvez pas mettre de l’argent de côté parce que vous êtes pris à la gorge. Vous dites aussi qu’apprendre les rudiments de l’investissement c’est trop compliqué et enfin vous vous convainquez que vous aimez votre travail suffisamment pour y continuer à le faire durant vos vieux jours (même après 65 ans). En fin de compte, vous n’arrivez jamais à rien de concret et vous vous rendrez compte trop tard que vous avez perdu votre temps. À vous tous qui vous êtes reconnus ne serait-ce qu’un peu dans ce paragraphe, si vous voulez être riche, oubliez les deux premières raisons de ce billet: votre manque de volonté sera la seule et unique raison de vos insuccès répétés.

Ce texte a été publié originalement sur le Journal Financier d’un Y.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Fabien Major 12992 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte