Magazine Poésie

toujours le matin

Par Guimond

Poésie frontale euphorie de clarté x
En travers la gueule du temps

Alors que dehors se prépare à livrer
Un lendemain de soudaine force

Exercice extrême de solide lumière
Au ventre de la plus longue nuit

Le matin cogne fort du poing
À la fenêtre inerte de l’âme

Contre ce recoin minuscule ou rien
Que l’infinitésimale beauté qui remue

Des jours réclamant en somme leur du
Notre éternel présent prêt à mordre

Soit ton cou en souvenir d’une corde
Ou ma foi jusqu’au bout de son sang

Entendre autant de voix que de douleur
Dans ce lien brisé entre nos cœurs

Je crépite avant d’emprunter ton corps
Et d’y recueillir ses pépites d’étincelles


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Guimond 492 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines