Magazine

The Hours - Michael Cunningham vs Stephen Daldry

Publié le 18 janvier 2011 par Naira
The Hours - Michael Cunningham vs Stephen Daldry
La plupart des lecteurs des Heures (enfin, ceux que j’ai lu ou entendu, bien sûr) se sont trouvés (grand bien leur fasse, la perdition n’est que trop fréquente à l’heure actuelle) ravis de l’adaptation cinématographique de ce produit littéraire que je qualifierais de complexe, multiple et, finalement, tout simplement magnifique (et encore, je n’ai lu que la traduction française, c’est dire !). Toutefois, vous l’aurez deviné, personnellement, je n’en suis pas satisfaite (m’est avis qu’au final, je serai définitivement cataloguée comme l’emmerdeuse, la râleuse, celle qui est jamais contente – voire carrément méchante (vous noterez, en passant la touche d’humour, son niveau pitoyable et la référence potentiellement discutable!) but I don’t care!)
Bon, ce n’est pas tout de manifester son désaccord en scandant : « Pacontent, pacontent ! », nous autres, littéraires, masturbateurs intellectuels par excellence, nous voulons, nous « expectons », nous vivons pour les explications qui agrémentent, décorent et magnifient une opinion, qu’elle corresponde, ou non, à la nôtre. Un peu comme les absences scolaires, les appréciations doivent être motivées donc voilà, je me lance !
Si nous devions résumer ce livre, une phrase suffirait : « Trois femmes, trois époques, trois vies tenant en 222 pages ». Et bien, oui, « Les heures », c’est ça : un terrible, un génial, un poétique inconcinitas. Une monstrueuse figure de style s’étalant sur un demi-siècle, s’immisçant dans les vies, banales, de ces personnages féminins (enfin, si tant est que la vie d’une femme puisse être considérée comme banale, bien entendu !). Ce qui lui donne plus de profondeur ? Une psychologie fine, une historicité consciencieuse, une douce amertume et une plume acérée.
Ceux qui n’ont pas lu et/ou vu le livre et le film penseront dès lors : « Ouh ! Là, vu la critique aussi élogieuse qu’incompréhensible, il est normal que rien ne trouve grâce à ses yeux ». A vrai dire, ce n’est pas ma barre (que je place toujours trop haut, oui, je sais) qui est le problème. Le problème, à mon sens, c’est le média. Michael Cunningham a écrit une œuvre essentiellement introspective et perceptive basée sur la poésie des mots, la simplicité du verbe, la lenteur de la narration, mais surtout la symbolique de l’intelligible à travers les objets et les gestes anodins du sensible. Comment, dès lors, rendre tout cela au cinéma ?
Je vous avoue que j’étais déjà dubitative avant sa sortie. Peut-être, en effet, suis-je trop exigeante. Et bien, soit. Je devrais me coltiner ce vice toute ma vie. Quoiqu’il en soit, je suis convaincue que Mister Daldry a mis toute son âme à recréer l’univers cunninghamien (rien que le choix des actrices en est une preuve) mais, in fine, s’il tend vers le septième ciel, le film ne prend pas son envol. Et, au lieu d’exalter la puissance du quotidien, il met en exergue la lenteur du jour qui passe. Simplement parce que la combinaison d’images et de sons ne peut rivaliser avec celle des mots… Et vice versa.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Stephen Collins en famille

    Stephen Collins famille

    Stephen Collins et les sagas familial c’est une grande histoire. L’interprète du Révérant Eric Camden dans 7 à la maison a rejoint le casting de No Ordinary... Lire la suite

    Par  Lemediateaseur
    CULTURE
  • Tamara Drewe - Stephen Frears

    Tamara Drewe Stephen Frears

    Vu cet été, le film de la BD éponyme de Posy Simmonds. Malgré une fin un peu plus consensuelle, un peu trop happy-end - dommage de la part de Stephen Frears de... Lire la suite

    Par  Malaurie
    CULTURE
  • Michael Parallax

    Michael Parallax

    Je me suis laissé embarquer dans l’ascension du « Mountain » de Michael Parallax sans aucun effort malgré en avoir eu le souffle coupé. Lire la suite

    Par  Deliciouscopitone
    CULTURE, MUSIQUE
  • "127 hours"

    "127 hours"

    Chaque long métrage de Danny Boyle est un événement en soi. Et lorsque'il s'agit d'une histoire vraie en plus, le succès risque d'être au rendez vous une fois d... Lire la suite

    Par  Loulouti
    CINÉMA, CULTURE
  • Trailers : 127 Hours, The Town…

    C’est Dimanche, c’est repos, c’est une nouvelle fournée de bandes annonces… 127 HOURS Le retour de Danny Boyle, qui a décidé de continuer dans des films forts e... Lire la suite

    Par  Mg
    CULTURE, MUSIQUE
  • 127 Hours- 127 Heures

    Hours- Heures

    Chaque seconde compte. Après son très remarqué Slumdog Millionaire, Danny Boyle nous emmène cette fois-ci à l'aventure avec James Franco dans son nouveau film:... Lire la suite

    Par  Popmovies
    CINÉMA, CULTURE
  • Tamara Drewe – Stephen Frears

    Tamara Drewe Stephen Frears

    Critique du film Tamara Drewe réalisé par Stephen Frears, avec Gemma Arterton, Roger Allam, Jessica Barden… sortie cinéma 06/2010 Tamara Drewe, c’est... Lire la suite

    Par  Metstacapuche
    CINÉMA, CULTURE

A propos de l’auteur


Naira 5080 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte