Magazine Moyen Orient

MAGHREB - Tunisie : « tout changer, pour que tout reste pareil »…

Publié le 18 janvier 2011 par Robocup555

L'opinion publique, en Tunisie comme ailleurs, s'est félicitée de la chute de la dictature et nombreux sont ceux qui pensent que les choses ont réellement changé parce que Ben Ali a quitté la présidence.
N'ayant en face d'eux aucune opposition crédible et organisée, messieurs Ghannouchi, Mebazaa et Abdennadher, les "
nouveaux" leaders du pays, ont réellement bien manœuvré : de grands politiciens, qui connaissent bien le caractère du peuple, une excellente équipe, parfaitement soudée et efficace. Et cela fait plus de vingt ans qu'elle dirige la Tunisie...

Ben Ali
Fouad Mebazaâ
Question

AVANT          MAINTENANT      APRÈS

Le 14 janvier dans la soirée, on apprenait le départ du président Ben Ali : après plusieurs semaines d’émeutes, qui avaient pris des allures de révolution, le peuple tunisien renversait le dictateur, contraint de quitter le pays. Zine el Abidine Ben Ali s’est ainsi réfugié en Arabie Saoudite, qui sera donc sa terre d’exil, puisque la France a, semble-t-il, décliné sa demande, lâchant de la sorte son ancien allié sans la moindre vergogne…

Dans le respect du processus institutionnel tunisien, le premier ministre, Mohamed Ghannouchi, qui exerçait cette fonction aux côtés du président Ben Ali depuis 1999, a assuré l’intérim de la présidence, le temps de proclamer le nouveau président, Fouad Mebazaâ, un des bras droit de Ben Ali, membre de tous ses gouvernements successifs et, selon certains observateurs, son dauphin désigné.

En effet, après avoir « constaté la vacance de la présidence », le Conseil institutionnel, en vertu de l’article 57 de la Constitution, a établi qu’il revenait au président du Parlement d’assurer la présidence jusqu’aux prochaines élections, qui doivent avoir été organisées endéans un délai de soixante jours au plus. C’est ce qu’à annoncé le président du Conseil, Fethi Abdennadher, lui aussi fidèle de Ben Ali parmi les fidèles…

Dès l’annonce de la fuite du président Ben Ali, en dépit de l’euphorie qui s’emparait des masses populaires tunisiennes dont la joie éclatait dans les rue de Tunis et dans tout le pays, une analyse de la situation ne laissait cependant que peu de doutes sur la suite des événements.

En effet, force était de constater que tous ceux qui venaient de prendre le relai de Ben Ali étaient ses anciens ministres et hauts fonctionnaires, tous ceux qui avaient profité du régime, s’étaient enrichis et possédaient le pays…

Autrement dit, trois hypothèses, a priori, se dégageaient de cette analyse à chaud :

1. Le gouvernement par intérim, qui, à peine en fonction, avait proclamé l'état d'urgence et la loi martiale, réprimait toute opposition dans le sang durant la nuit ; et Ben Ali, une fois la crise jugulée, revenait (Mohamed Ghannouchi n’avait-il pas précisé, d’ailleurs, qu’il assurait l’intérim car le président Ben Ali était « temporairement » incapable d’exercer ses fonctions?) ou pas, mais, avec ou sans lui, tout continuait comme avant.

2. Les insurgés pensaient avoir gagné, la colère retombait (cas d’école d’une révolution mal organisée qui, refroidie dans son élan, avorte et ne peut que rarement être relancée) et, en douceur et sur le long terme, les anciens dirigeants, qui avaient jusqu’alors agi dans l'ombre de Ben Ali, récupéraient le gâteau et confisquaient à nouveau le pouvoir au peuple. Au mieux, on arrêtait quelques familiers et proches de Ben Ali, juste pour faire bonne figure (et tout le monde en Europe et ailleurs n’y verrait que du feu ; d’autant plus que la Tunisie quittera rapidement l’actualité et retournera à son triste sort, tandis que les charters de touristes recommenceront à affluer vers Djerba).

3. Les insurgés réalisaient qu'ils étaient en train de se faire manipuler par ce tour de passe-passe et poursuivaient le mouvement jusqu'au renversement complet de la dictature et l'arrestation ou la fuite de tous ceux qui l'avaient soutenue. Probablement, alors, la démocratie et les changements socio-économiques avaient leur chance d’aboutir.

Certes, face à la ténacité et au courage avec lequel le peuple tunisien avait jusqu’alors conduit sa révolution, il n'était pas impossible qu'il surprît encore.

Qui, en effet, aurait parié sur l'avenir de cette révolution ? Or, elle avait la peau dure. Et, tandis que les gouvernements européens pouvaient aller cacher leur honte pour leur attentisme et leur mutisme scandaleux (espéraient-ils l’essoufflement du mouvement et la fin des troubles, pour à nouveau dormir tranquillement ?), les Tunisiens, quoi qu’il en fût de la suite des événements, avaient déjà offert au monde une extraordinaire leçon de démocratie.

C’est dès lors le lendemain qu’il fallait attendre, pour savoir ce qu’il en serait de la Tunisie et de sa révolution...

Mais le réveil est difficile : les rues de Tunis et des grandes villes sont désormais désertes ; l’armée patrouille ; Ben Ali parti, tout le monde est gentiment rentré chez soi ; la révolution a vécu.

France 24 - 17 janvier 2011

Les chefs de l’armée, en concertation avec les leaders du gouvernement, ont négocié le départ du président Ben Ali, qui a ainsi servi de fusible (avait-il encore vraiment le choix ?), et sa « fuite », d’exutoire à la révolte. Mais ce sont bien tous les anciens de « la bande à Ben Ali » qui demeurent aux commandes et continuent de contrôler tous les rouages du pays et le processus qui mènera aux élections d’un « nouveau » parlement et à la désignation du « nouveau » président.

Le tour de passe-passe magistralement exécuté par les dirigeants tunisiens (et peut-être, déjà, avec la complicité de certains Etats européens), est parvenu à calmer la rue, dont les meneurs, mal organisés et désormais dépouillés des forces vives de la révolte, n’ont plus les moyens de faire aboutir le processus révolutionnaire et d'instaurer leur propre gouvernement provisoire pour organiser des élections libres et effectivement transformer le régime.

La victoire de cette révolution au Maghreb aurait également pu être un motif d’espoir pour le peuple d’Algérie, toujours en lutte contre la junte corrompue qui le dirige. Hélas, l’échec tunisien n’augure rien de positif pour les Algériens.

Bref, les anciens ministres de Ben Ali ont eu très chaud, depuis quelques semaines. Aussi ont-ils eux-mêmes choisi de tout réorganiser, de tout changer, pour que tout reste pareil.

La « priorité absolue » du gouvernement d’intérim est désormais le rétablissement de l'ordre public. C’est pourquoi, depuis le vendredi 14 janvier au soir, le couvre-feu a été proclamé en Tunisie, sous le prétexte que des « pillards » profitent de la situation de chaos, « pillards » surgis de nulle part, « pillards » que l’on n’avait pas encore vu agir, alors que des émeutes violentes ébranlent pourtant le pays depuis des semaines, « pillards » parmi lesquels d’aucuns croient bien avoir reconnu des agents des forces spéciales de « l’ancien » régime.

Les élites « benalistes » sont bel et bien en train de reprendre le contrôle de la situation, dans le calme et avec la bénédiction du peuple qui craint les « pillards » et appelle l'armée à rétablir l'ordre.

La France a pris « acte de la transition constitutionnelle ». L'Union européenne s’est dite satisfaite par ce dénouement, qui devrait aboutir à « une solution démocratique durable ». Les Etats-Unis ont exprimé leur respect pour « le courage et la dignité du peuple tunisien ». Le secrétaire général de l'ONU, enfin, s’est réjoui de ce « règlement démocratique et pacifique de la crise ».

Tout le monde est maintenant rassuré : tout va pouvoir continuer comme avant, en Tunisie.

Lien utile : Le Grand Soir.

Lire aussi : MÉDITERRANÉE - Le Maghreb en révolution.

Et : Marie KOSTRZ, Tunisie : quelle opposition pourra intégrer le futur gouvernement? (Rue89, 15 janvier 2011).


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • Tunisie ...

    Tunisie

    Un «vendeur à la sauvette», Mohamed Bouazizi, diplômé chômeur et vendeur de légumes, s'était immolé par le feu le 17 décembre à Sidi Bouzid.Ce suicide avait... Lire la suite

    Par  Christian Lariviere
    BD & DESSINS, CARICATURES, FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ, TALENTS
  • Tunisie, Maghreb, etc.

    Tunisie, Maghreb, etc.

    Ainsi donc, le régime de l'autocrate Ben Ali est tombé. Ceci amène plusieurs remarques. 1/ Tout d'abord, je reste admiratif (hum! Lire la suite

    Par  Egea
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Noël en Tunisie ?

    Il m'arrive parfois de partir à l'étranger en vacances. Mais quand je fais ce choix, j'exclus quasi-systématiquement les pays qui ne sont pas des démocraties. Lire la suite

    Par  Lheretique
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Exemplaire Tunisie

    Exemplaire Tunisie

    On n’imaginait pas, il y a encore quelques jours, que dans un pays de Maghreb une révolution plutôt tranquille puisse intervenir. Et pourtant en Tunisie, le... Lire la suite

    Par  Kalvin Whiteoak
    POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Tunisie, amie !

    Tunisie, amie

    Ce titre, en totale rupture avec l'actualité, en hommage au slogan de la dernière campagne de publicité sur nos écrans pour promuvoir cette destination. Lire la suite

    Par  Rupteur
    INTERNET, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • La Tunisie et l’Europe

    Par Serge Gomond • site la sociale Comment ne pas faire le parallèle entre les événements dramatiques de Tunisie (depuis maintenant plus d’un mois) et les... Lire la suite

    Par  Marx
    FRANCE, HUMEUR, POLITIQUE, SOCIÉTÉ
  • Georges et la révolution au Maghreb

    Georges révolution Maghreb

    24 janvier 2011 Georges et la révolution au Maghreb Georges et MAM Tunisie, Niger, Afrique et Dakar Georges, bankrun, Cantona Georges et Berlusconi Georges et l... Lire la suite

    Par  Rodho
    BD & DESSINS, CARICATURES, FRANCE, POLITIQUE, SOCIÉTÉ, TALENTS

A propos de l’auteur


Robocup555 61 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte