Magazine Société

Louerunepetiteamie.com, le nouveau Buzz...

Publié le 22 janvier 2011 par Philippejandrok

debc51ffbda39e2ed4ac9e82ff302add.jpgLouer une petite amie tout le monde s’émeut mais personne n’en sait rien, il a suffit qu’un dossier de presse soit déposé dans toutes les rédactions pour que tout le web s’affole, s’excite sans véritablement savoir quoi dire, et quand je dis tout le monde, c’est bien toute le monde.

Le site motive l’excitation de tous les hommes qui se disent, comme le communiqué de presse, enfin ce n’est pas de la prostitution, mais que cela pourrait en avoir tous les avantages sans les risques, enfin, les transmissions de maladies sexuelles n'est jamais exclu.

La solitude sociale accentuée par le mode de vie et par le web favorise le net social, on ne communique plus de vive voix mais sur internet, grâce à son téléphone portable, en s’envoyant des SMS, textos, messages en tous genres, on se découvre et on tombe amoureux sur Facebook, parfois, on ne se rencontre jamais, c’est le « safe sexe » par excellence.

Les cafés sont désertés par le public qui se concentre sur la rencontre machine et la visio-conférence (Iphone4, Ipod4) qui leur permet de voir et de fantasmer, mais aujourd’hui, fini les « pipeshow », c’est l’heure de la vraie rencontre, plus de rodéo vidéo, et les internautes, grâce à cette annonce de site révolutionaire, sont disposés pour 50% d’entre eux, à accepter de payer une prestation en louant une petite amie qu'ils ne connaissent pas ; quelle type de prestation ?

Elle n’est pas clairement définie, passer du bon temps certainement, mais elle sous entend une prestation désirée, espérée par un homme seul, ou en mal de relation sentimental et érotique, et dans ce cas, la presatation consiste à rencontrer une femme et de payer un service éventuellement (essentiellement) sexuel. Que l’on ne nous fasse pas croire qu’un homme est bel et bien disposé à payer une heure du temps d’une femme pour le partager autour d’un café, alors qu’il peut le faire gratuitement avec n’importe qui ? Aujourd’hui si le client paye, il attend l’exécution de son service.

Pour souvenir, au lancement de Canal+, la chaine enregistra des débuts timides, mais dès que le « board » décida la diffusion d’un porno le samedi soir, le nombre d’abonnés grimpa de manière exponentielle, ce qui montre combien les hommes sont intéressés par le sexe, le sexe qui fait tourner la tête aux hommes et qui enrichit les petits malins... et pourquoi pas après tout.

Louerunepetiteamie.com, ce site qui n’existe pas encore, bénéficie désormais d’une couverture markéting et médiatique gratuite, qui ne lui coûte rien. Quelles sont les entreprises qui aujourd’hui ne rêveraient-elles pas de ce type de publicité gratuite ? Presque toutes.

La presse et la perversité des journalistes ont fait écho à ce site qui n’existe pas encore et qui existera ou qui ne verra pas le jour pour des raisons de légalité de mœurs. La loi Marthe Richard (inerdiction des maisons closes et du commerces de l'amour) ne peut être abrogée, aucun politique ne souhaite en prendre le risque, perdant de la sorte des électeurs qui pourraient voter contre un parti.

Néanmoins, la force du concept "Louerunepetiteamie.com" montre qu’il existe une niche, un créneau, un besoin, une nécessité liée à la difficulté de vivre dans une société oppressante et castratrice, qui encourage les hommes et les femmes à favoriser des comportements à caractère hautement sexuel.

Après le voyeurisme des sites pornographiques plus ou moins gratuits, les hommes ont besoin de chair fraiche, ils ont besoin de contact et de relation sexuelle physique, et comment leur en vouloir à force de vivre dans une société qui les brime en permanence.

Mais, quelles seront les filles disposées à jouer le jeu, seront-elles françaises, étrangères ? Fera-t-on des sélections sur le type de race, sur le physique - gros seins, fille mince ou grosse, très grosse, blonde uniquement ou brune mais pas rousse... - Il faudra posséder un stock important de jeune fille, de mère au foyer, de femmes Cougar, ou plus agées encore, en clair toutes les femmes françaises pourraient-être "escort girl" au point de modifier le point de vue des hommes sur la femme et de la considérer comme un objet de satisfaction personnelle, tout à fait naturellement puisque le service est payé.

Quels seront les hommes disposés à commander ce service, seront-ils fiables, correctes, ou de dangereux malades qui pourront se servir dans un vivier inépuisable de femelles disposéés à plus, si affinités ?

Je ne porte aucun jugement de valeur sur le site en question, chacun est libre de faire ce qu’il souhaite de sa vie, ce qui m’inquiète davantage, c’est la distance qui sépare les êtres en les rendant esclaves de la machine et en les éloignant les uns des autres, c’est également cela la misère sociale, même si l’objectif final est la rencontre physique, il n’en demeure pas moins un éloignement social désespérant.

Je crois qu’avant de juger, nous devrions nous interroger sur les raisons qui poussent certains profiteurs qui ne souhaitent qu’une chose, s’enrichir et surfer sur la misère sociale en satisfaisant un besoin pressant de la part de la population masculine, à quand les sites pour la femme Cougar, qui existent déjà, tout cela n’est pas nouveau, non ce qui l’est, c’est le moyen de divulguer l’information et qui va toucher droit au cœur de la désespérance et va définitvement modifier le regard que l'on porte sur les femmes, car après tout, ce type de site détermine la femme comme un objet de désir et de plaisir, rien d'autre, est-ce vraiement ce que vous souhaitez, Mesdames ? C'est la continuation d'une situation qu'il a fallu des milliers d'années à combattre, celle de la liberté de la femme, tout à coup perdue pour satisfaire la solitude morale de la gent masculine.

Nous vivons une époque formidable…


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Philippejandrok 11422 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine