Magazine Politique

Sarkozy continue de voyager aux frais de Bolloré !

Publié le 01 janvier 2008 par Jeunegarde

sarkozy.jpg Au lendemain de son élection, Sarkozy se faisait offrir quelques jours de vacances à Malte par son ami alors que les français demandent une augmentation de leur pouvoir d’achat, le Président s’augmente de 172 %, pour un salaire net mensuel de 19 331 € ! Cette décision, qui selon les sondages, ne scandalise personne, ramène le salaire du Président à hauteur de celui des autres chefs d’Etat européens.

De là, on aurait pu penser qu’il aurait désormais les moyens de s’offrir ses propres vacances mais pas du tout ! En pleine escapade amoureuse, on apprend que Sarkozy a voyagé une nouvelle fois aux frais de son ami !

Au PS, les réactions ne se sont pas fait attendre. François Hollande se dit “choqué” de l’”hypocrisie” de Nicolas Il a le droit de partir en vacances où il veut et avec qui il veut. En revanche, ce qui n’est pas acceptable, c’est la confusion des genres : entre vie privée et vie publique, intérêts particuliers et intérêt général, financement privés et financements public. D’un côté, il relève de 170% son traitement pour mettre sa rémunération, dit-il, au diapason de celles des chefs d’Etat des grandes démocraties; de l’autre, il sollicite les faveurs d’un milliardaire généreux pour se transporter en grand équipage en Egypte ».

Pour Ségolène Royal « il faut que Nicolas Sarkozy arrête de nous provoquer par son comportement ostentatoire et cesse d’être à la charge des milliardaires dont une partie des affaires dépend de l’Etat » et accuse Nicolas “.

Tags:

Auteur: pazmany

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

Fils des commentaires de ce billet  /  Faire un trackback sur ce billet

Laisser un commentaire


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jeunegarde 2824 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine