Magazine

SNCF, l'éventualité d'un service public

Publié le 25 janvier 2011 par Despasperdus

Depuis quelques jours, les médias dominants font état de la "grogne" des usagers de la SNCF :

« La grève des abonnements des usagers de la SNCF s'est étendue ce matin aux lignes TER. L'association d'usagers Avuc avait appelé vendredi à une grève nationale de présentation des billets dans les transports régionaux.»

Des collectivités locales se plaignent également :

« La Région Rhône-Alpes demandera à la SNCF de signer un engagement qualité, afin d’obtenir des engagements précis de l’entreprise en matière de services rendus aux voyageurs. Le système comprendrait un calcul de bonus et de malus. Le service TER est en effet une priorité pour la Région.»

voie.JPG

Aussi, la SNCF s'est engagée à améliorer la situation sur l'ensemble du réseau 12 lignes :

«La SNCF, sensible aux réclamations des voyageurs, a identifié les douze lignes les plus problématiques et devrait concentre dans les mois à venir ses efforts pour y remédier.» [1]

Il serait temps...

Il y a encore quelques années, la SNCF était l'archétype du service public de grande qualité, fiable et peu cher. Depuis, la situation a évolué à mesure que l'usager subissait dans sa petite lucarne des pubs plus ou moins débiles de la SNCF. Le client, qu'il est devenu, s'est vu proposer de mirobolantes promotions, des voyages quasiment gratuits et des cartes de réduction de ceci et de cela, tandis que le prix moyen des billets augmentait continuellement. Le tout TGV au détriment des autres trains a favorisé l'augmentation des prix de transport et la prédominance du commercial sur le service public...

L'ouverture à la concurrence n'a probablement pas arrangé la situation, de même que la politique de diversification tout azimut de la SNCF qui a repris Geodis (camions) et Keolis (transport urbain). [2] Sans parler des pouvoirs publics qui favorisent toujours le tout routier malgré de belles déclarations écolos...[3]

Force est de constater que dans les domaines, récemment livrés à la concurrence, tels que le gaz, l'électricité et aujourd'hui le transport ferroviaire, la qualité du service se dégrade à mesure que les prix augmentent.

the_navigators.jpg

On a beau - pour des raisons personnelles et politiques - être indulgent, il y a un moment où la SNCF doit rendre des comptes, parce que manifestement sa gestion du réseau l'empêche de respecter ses engagements. [4]

Les vols de matériaux, le vandalisme, la malchance ou les éléments naturels ne peuvent exonérer la responsabilité de la direction de la SNCF et du gouvernement. Les soi-disant actes de terrorisme commis par l'ultra-gauche anarcho-autonome, non plus !

La politique de réduction systématique des coûts en personnels, en formation et en maintenance pourrit la vie des usagers et les conditions de travail des cheminots. Peut-être même s'effectue-t-elle au détriment de la sécurité ? [5] A se demander si le budget com' et pub ne siphonne pas tous les autres !

La dégradation du service est sensible, même pour un usager occasionnel. Cela commence avec l'annonce très très tardive du numéro de quai des trains en gare qui oblige parfois à sprinter pour rejoindre le bon quai et la bonne voiture ! Ensuite, il y a divers retards...

Justement, le 25 décembre dernier, notre train avait plus d'une heure de retard pour rejoindre Poitiers depuis Tours. Durée normale du trajet : 45 minutes !

A priori, la SNCF rembourse le billet quand le retard excède la demie heure. Heu heu... et bien, non voyez-vous, ce serait trop simple... La preuve :

retard_sncf.jpg

Comme l'explique, ci-dessus, le plumitif responsable, le dédommagement du billet dépend de l'information délivrée par la SNCF.

C'est clair, non ?

En l'espèce, la SNCF a informé sur l'ÉVENTUALITÉ du retard de notre train.

Or, dans les faits, l'éventualité du retard est devenue un retard sûr, certain et réel.

Aussi, la SNCF aurait du modifier son information en annonçant un retard avéré !

Sauf que...

............... L'information erronée (volontairement ?) de la SNCF sur l'éventualité du retard vaut suspension du remboursement de notre billet de transport !

Ainsi, la SNCF travestit la réalité afin de ne pas dédommager les usagers, lesquels se font avoir une fois en achetant un service dont ils ne bénéficient pas, et une autre fois en n'étant pas remboursés !

Toutefois, malgré la mauvaise foi évidente du Centre de régularité de la SNCF, et sauf erreur de notre part, nous vous informons sur l'éventualité de décrocher avec retard le dédommagement suspendu...

Affaire à suivre...

Notes

[1] RiskAssur-hebdo

[2] Les Échos - Le nouveau visage de la SNCF

[3] Le Monde Diplomatique - La ruineuse maladie du « tout-routier et

[4] Saint Pierre des Corps, c'est où ça ? - Plaintes contre la SNCF, symptomatiques de l'individualisme ambiant !

[5] La voix du nord - L'union locale CGT s'inquiète du sort des usagers SNCF


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Despasperdus 4931 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte