Magazine Info Locale

« A marche forcée »

Publié le 29 janvier 2011 par Dornbusch

Je profite de la sortie du film « Les chemins de la liberté » (étrange titre sartrien) pour parler du livre qui l’inspire en fait: « A marche forcée » de Slawomir Rawicz (Nota: je n’ai pas encore vu le film).

a marche forcee  les chemins de la liberté

J’en avais indirectement parlé dans un précédent billet consacré à la littérature du goulag, mais la sortie du film est l’occasion de dire quelques mots supplémentaires sur ce livre, et son contexte, tous 2 stupéfiants.

Ce n’est certainement pas le plus grand livre « du goulag » (loin derrière Evguenia Ginzbourg ou Soljnenitsyne) mais c’est certainement le plus stupéfiant, j’ai l’habitude d’appeler « A marche forcée » « le livre le plus incroyable de tous les temps ».

Les scènes initiales de torture à la prison de la Loubianka puis de marche vers le goulag sont impressionnantes. Mais bien évidemment ce qui fait l’incroyable réputation de ce récit est la marche de l’évasion, près de 10000 kilomètres à travers la Sibérie, le Gobi, le plateau du Tibet et les montagnes de l’Himalaya (rien que de l’écrire) pour atteindre les plaines indiennes et l’armée anglaise.

Ce livre a fait l’objet de polémiques nombreuses (la traversée du Gobi, la rencontre de « créatures » dans l’Himalaya ») auxquelles Rawicz (mort voici quelques années à Londres) n’a jamais répondu.

On ne saura jamais la vérité, et d’une certaine façon c’est sans importance. Presque aussi incroyable est l’existence d’une véritable « littérature de l’évasion du goulag » dans laquelle le récit de Rawicz n’est peut être même pas le plus stupéfiant: ainsi « Aussi loin que mes pas me portent » relate l’évasion depuis un goulag situé au niveau du détroit de Béring (avec d’ailleurs une scène terrible ou les gardes cote américains d’Alaska « rendent » aux soviétiques les prisonniers évadés) jusqu’à l’Iran, soit 14000 kilomètres ….

Des livres à lire pour savoir ce que l’homme peut endurer, et faire, par amour de la liberté

David Dornbusch

PS: plus anecdotique, rappelons que l’aventurier français Sylvain Tesson a reproduit voici quelques années le parcours de Rawicz dans la « Piste du Loup », mais il n’avait pas le NKVD aux trousses.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Dornbusch 490 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine