Magazine Cinéma

La voie royale de Colin Firth

Par Ninelililabo

La voie royale de Colin FirthLe Discours d'un roi  de Tom Hoper, voilà un film britannique historique intriguant et favori des Oscars avec douze nominations que critique l’un de nos membres.
Mini résumé :Bertie, alias Albert Duc d’York, est affligé depuis l’âge de cinq ans d’un bégaiement compulsif. Son père est le roi d’Angleterre et rien de le destine à prendre sa succession. Grâce au soutien de sa femme Elizabeth, il décide de surmonter son handicap en suivant les conseils d’un thérapeute australien, aux méthodes farfelues. Il n’avait pas anticipé que ce travail allait le révéler à lui-même mais aussi le servir alors qu’il devient malgré lui roi, sous le nom de Georges VI, et que la Seconde Guerre Mondiale va bientôt éclater.
Mini critique d'Arthur :A première vue, on pourrait penser tomber sur le film historique british, à la fois classique – dans sa forme – et compassé. Un film Tea Time un peu fade. Et pourtant, on est pris dès la première image, par cette lampe rouge qui clignote dans un stade comble pour permettre à un jeune prince timide de prendre une parole qui ne sort pas. Ce qui frappe et ce qui touche avec l’histoire de Bertie, c’est soudain cette proximité créée par ce trouble, ce handicap qui contraint le futur Roi d’Angleterre à faire face à son passé et à raconter pour la première fois sans doute, son histoire intime.La réalisation est subtile, drôle parfois et elle met en scène un trio de comédiens impressionnants. Colin Firth, qui incarna le peintre Vermeer dans La Jeune fille à la perle et qui vient de recevoir le Golden Globe du meilleur acteur pour le rôle de Georges VI, est plein de ces émotions rentrées qu’une stricte éducation victorienne a accumulées. A ses côtés, Helena Bonham Carter (sa femme, la Reine Elizabeth, autre Reine dans Alice au Pays des Merveillesde Tim Burton) et Geoffrey Rush (Lionel Logue, le thérapeute australien) sont éblouissants de justesse.Ce face à face entre le Prince et l’Orthophoniste qui se jaugent et finiront par devenir des amis intimes nous touche parce qu’il y est question au–delà des apparences d’une quête de la connaissance de soi. Un régal.
Arthur A.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ninelililabo 316 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte