Magazine

Raining stones

Publié le 10 janvier 2011 par Alteroueb

Il était un jeu que je faisais souvent, stupidement d'ailleurs, quand je galopais en culotte courte dans ma superbe cité toute neuve, celle même qui aujourd'hui détient le record des voitures brulées lors de la nuit de la Saint-Sylvestre. Avec quelques camarades, entre le toboggan, les bancs de pierre et un carré boueux dans lequel auraient dû grandir quelques plantes vertes ou colorées mais qui n'en ont jamais eu le temps, on lançait en l'air des cailloux pour voir comment ils retombaient. Les variantes, parce qu'il y en avaient, nous intéressaient beaucoup, mais fort heureusement, cela nous a passé, nos activités ont naturellement évolué...

Depuis quelque temps, j'ai remarqué que cette passion revenait à la mode : on lance en l'air, non pas un caillou, quoique, mais une idée, si possible la plus grosse possible, et on observe les ronds que fait l'impact dans la société. Les lanceurs sont tous issus du même sérail : l'UMP, à une exception près... il faut toujours des exceptions. Depuis 3 ans, à tour de rôle, ses sbires se sont relayés avec une belle constance : après les Roms, le code du travail, les profs, les chômeurs, les vieux, les barbus, les 35 heures, le caillou du moment s'appelle " l'embauche à vie des fonctionnaires ".

Raining stones
Le grand problème de ces grandes questions existentielles est qu'il divise profondément la société. A la limite, il pourrait y avoir débat. C'est toujours intéressant de débattre pour faire avancer les choses et évoluer dans une certaine harmonie. Mais pas dans l'environnement actuel, pas avec ce gouvernement là ! Les débats posés sont biaisés d'avance, les non-dits sont tellement bruyants, les objectifs tellement retords pour qu'il soit impossible de trouver le plus petit dénominateur commun. Les faits montrent que, depuis plusieurs années, les pavés volants s'abattent systématiquement sur les mêmes, ceux qui n'ont d'autres choix que de se contenter de revenus dérisoires, ceux qui subissent toutes les hausses mais pas celle du salaire, et fracassent sans bruit les protections sociales les unes après les autres. L'objectif est de précariser, pour rendre servile ceux qui osent encore résister au libéralisme le plus débridé.

La tête de turc, le sujet bien fédérateur du moment, c'est le fonctionnaire. C'est LE responsable idéal de la crise, du déficit, de la gabegie, de la bureaucratie, l'empêcheur de faire du fric avec rien, le pointilleux exécuteur des Lois de la République. Et s'il est bien exact qu'il applique les textes, il faut bien rappeler qui en sont les rédacteurs : le pouvoir législatif, les politiques, pas les fonctionnaires, du moins pas le cadre B et C... S'il est un privilège exorbitant de disposer d'une sécurité de l'emploi quand d'autres en sont dépourvus, le fait d'avoir un salaire mensuel à 6 chiffres face à tous ceux qui n'en ont que 4, voire 3 l'est tout autant. Mais dans ce sens, il n'y a personne pour souligner l'augmentation continuelle, disproportionnée et injustifiable en période de crise des écarts.

Dans la présente polémique, l'instigateur semble oublier beaucoup de choses, notamment qu'un fonctionnaire peut déjà être renvoyé dans ses foyers, quelques miens collègues en ont fait les frais. En outre, les lois telle la Loi Organique relative aux Lois de Finances (LOLF) et la révision générale des politiques publiques (RGPP) préparent bien le terrain. Un des grands principes de la LOLF est de supprimer tous les moyens d'une mission, y compris les moyens en personnel, si les objectifs de la mission en cause ne sont pas remplis. Quant à la RGPP, la mobilité est actée, au point que son refus se traduise par une mise en disponibilité sans traitement, un doux euphémisme pour exprimer un renvoi pur et simple. A titre personnel, il est évident qu'en me proposant un poste d'aide infirmier dans un hopital psy, de gardien de la paix en région parisienne, puis de maton à Fresnes, je deviendrai " de facto " chômeur, de surcroît sans indemnités. Pour l'instant heureusement, le statut des fonctionnaires empêche la pleine application de ces directives. Mais pour combien de temps encore, car les attaques sont de plus en plus nombreuses, de plus en plus rapprochées.

En étant encore plus fin, je suis intimement convaincu que la mobilité des hauts fonctionnaires, qui du reste existe déjà (dont le passage public-privé, et inversement), va vraiment leur profiter, surtout en terme de rémunération. Mais pour un cadre B ou C, il n'y a rien à gagner, il ny a que des contraintes fortes et coûteuses, rien qu'en terme de logement. Normal, la règle est faite par et pour l'administration, par et pour les cadors.

D'autres attaques pointent, d'un bien nouveau genre : la mise en cause personnelle. Quand certains agents publics constatent des malversations particulièrement gravissimes comme Philippe Sion relatés dans son wikileaks 13 ou Gérard Filoche, ancien inspecteur du travail, qui passe à nouveau devant la justice ce mardi 11 janvier pour avoir chatouillé un peu trop des employeurs indélicats, ils deviennent la cible des puissants jusqu'à risquer leur vie ... Pour Philippe Sion, agent du Conseil Général de Bouches-du-Rhône, en tenant compte du contexte très local, cette tentative de suicide ressemble bigrement à une exécution ! Courage, mon gars.

Pour revenir aux cailloux, il convient maintenant de faire attention aux trajectoires. Elles pourraient bien se retourner sur les lanceurs en 2012, et peut-être avant : les pavés ont souvent été les pierres angulaires des grandes révoltes, et pas mal de sociétés frissonnent...

Vous le savez maintenant, je suis un admirateur de Ken Loach.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

  • L’année numérique

    L’année numérique

    Depuis 2009, voici l'exercice de recul sur l'année numérique écoulée avec projection sur l'année qui commence. Cette année 2020 a accéléré la transformation... Lire la suite

    Par  Davidfayon
    HIGH TECH, INTERNET, WEB2.0
  • Cake au café et aux dattes

    Cake café dattes

    Une recette qui réchauffe ( recette de notre amie Diane, Québécoise gourmande )ce cake vient à point nommé pour le dessert du soir, en regardant tomber la... Lire la suite

    Par  Annickb
    CUISINE, RECETTES

A propos de l’auteur


Alteroueb 593 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog