Magazine Environnement

Agriculture : Le cri d'alarme de France Nature Environnement

Publié le 14 février 2011 par Bioaddict @bioaddict
  • Agriculture : Le cri d'alarme de France Nature Environnement
  • Agriculture : Le cri d'alarme de France Nature Environnement
  • Agriculture : Le cri d'alarme de France Nature Environnement
  • Agriculture : Le cri d'alarme de France Nature Environnement
  • Agriculture : Le cri d'alarme de France Nature Environnement
  • Agriculture : Le cri d'alarme de France Nature Environnement

  donnez votre avis 13 13 personnes aiment cet article


OK
Je souhaite également recevoir
les bons plans et offres partenaires
la newsletter des professionnelles
A la veille du Salon de l'Agriculture, France Nature Environnement lance une campagne choc sur les dégâts provoqués par une agriculture peu respectueuse de notre environnement et de notre santé. Pas seulement un coup de poing médiatique, mais aussi l'occasion de proposer des solutions et d'ouvrir un dialogue.

Une campagne forte pour une nature en danger

Pas d'images bucoliques écolos ou de discours gentillets pour cette campagne conçue pour briser le silence et amener les français à se révolter sur trois dangers majeurs pour leur santé et celle de la planète : les OGM, les pesticides et la prolifération des algues vertes!

Pour atteindre ses cibles, FNE met en scène un homme pointant un épi de maïs sur sa tempe, afin de nous rappeler que le pari sur des OGM, a priori inoffensifs, s'apparente à une partie de roulette russe. On trouve aussi un steak étiqueté " 100% naturel " barré des deux mots " Gros Menteur " ou l'expression " Arrêtez Vos salades " figurant sur la carte postale, déprimante, d'une plage recouverte d'algues vertes. Les deux autres affiches évoquent les dangers que représentent certains pesticides pour les abeilles.

"Il ne s'agit évidemment pas de s'attaquer au monde paysan, mais de dénoncer des pratiques néfastes pour notre environnement", précise FNE.

Cette campagne choc s'affichera du 15 au 21 février dans le métro parisien, juste avant l'édition 2011 du Salon de l'Agriculture qui débutera le 19 février. La totalité des panneaux d'affichage 4X3 des quais des stations de métro Odéon (10 panneaux), Saint Lazare (4) et Montparnasse (7) seront ainsi investis.

Le danger des pesticides

"France Nature Environnement a obtenu la mise en place du plan Ecophyto 2018, élaboré à l'issue du Grenelle de l'Environnement et visant à réduire de 50% l'usage des produits phytosanitaires dans les 8 ans à venir. Dès 2013, la réduction de l'usage des pesticides devra avoir atteint les -25% ! Autant dire qu'il faut retrousser ses manches et mettre en oeuvre dès à présent cet objectif. Pour ce faire, et parmi d'autres solutions, il faut former les agriculteurs, notamment via un système de fermes-témoins, mais aussi promouvoir les méthodes alternatives, la recherche et, bien sûr, sensibiliser tous les utilisateurs, agriculteurs mais aussi jardiniers", précise l'association.

La prolifération des algues vertes

"Le lisier des porcs est le responsable numéro un de cette pollution dangereuse. Car un littoral vert de porc peut, à juste titre, inquiéter. Conjuguées aux fientes de volailles et aux bouses de vaches dans une région leader en matière d'élevages (Bretagne), ces cochonneries représentent l'équivalent de la pollution générée par 50 millions d'habitants! A savoir : dans la seule baie de Saint-Brieuc, tandis que le bassin versant draine les effluents de 1, 2 millions de porcs par an, plus de 9500 tonnes d'azote, issu du lisier, parviennent jusqu'à la côte ! Une marée marron qui contamine l'atmosphère, charrie des nitrates dans des sols saturés et vire au glauque lorsque ces fertilisants prennent la mer, déclenchant une prolifération d'algues vertes qui s'échouent sur les plages. Moche, et potentiellement mortel. Pour preuve que ces salades sont de vraies tueuses, souvenons-nous de la mort d'un cheval à Saint-Michel-en Grève, empoisonné par l'hydrogène sulfuré généré par d'épaisses couches d'algues vertes en décomposition" s'insurge l'association.

Non aux OGM

"La France importe 4 millions de tonnes de tourteaux de soja destinés pour l'essentiel aux volailles, porcins, bovins et caprins... Autant de granulés qui ont été produits sans réel contrôle. Résultat : chaque jour, nous goûtons à l'aveugle des OGM, sans même en connaître les conséquences pour notre santé. Or, la législation fait cruellement défaut. Exemple : rien n'oblige un distributeur de viandes à indiquer que son produit prétendument " naturel " est issu d'un animal nourri aux OGM. Il faut afficher la couleur ! Le soja, le colza ou même le coton transgéniques, souvent importés d'on ne sait où, doivent être l'objet d'une traçabilité claire pour chacun. Ce qui s'appelle une étiquette, qui pourrait mentionner " Nourri avec les OGM ". Ou sans. Le citoyen a droit à cette information de base. Quant aux dangers potentiels de ces bidouillages génétiques, il est temps de les étudier en toute indépendance des industriels et ce en milieu clos. Et, en attendant, permettre au moins à notre pays de reconquérir une autonomie pour nourrir ses animaux sans passer par ces substituts, en développant par exemple la culture de luzerne, trèfle, pois ou autre lupin", précise encore FNE.

Retrouvez plus d'infos sur le site www.fne.asso.fr

H de M

A lire aussi : Yannick Chénet : décès d'un agriculteur victime des pesticides

OGM : Un chercheur gagne son procès contre le lobby pro-OGM

Cancer : une nécessaire prise en compte des causes environnementales


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Bioaddict 1760784 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte