Magazine France

Honneur perdu

Publié le 15 février 2011 par Malesherbes

Mon précédent billet intitulé Cinquante centimes a suscité de la part de Laurences un commentaire avec lequel je suis en complet accord. J’espère que son auteur ne se formalisera pas de me voir y rebondir avec ce billet. En effet, comme il le souligne, le plus important n’est pas de savoir qui paye ces voyages. Lorsque ces personnages dilapident l’argent de l’État, ils ne lèsent que les Français. Quand ils fraternisent, à titre privé, avec des dictateurs, ils blessent la France.

Quant à l’honneur, c’est à se demander s’ils ont jamais su ce que c’était. Il n’y a encore pas si longtemps, des hommes risquaient leur vie dans des duels pour défendre leur honneur. Plus près de nous, selon la jurisprudence Bérégovoy-Balladur, un ministre mis en examen, ou en passe de l'être, démissionnait, pour être mieux à même de défendre un honneur en péril. Cinq ministres, Bernard Tapie, Alain Carignon, Gérard Longuet, Michel Roussin et Dominique Strauss-Kahn ont observé cette pratique. À l’exception d’Alain Carignon, ils ont d’ailleurs été ensuite relaxés ou ont bénéficié d’un non-lieu. Dans la République irréprochable de Nicolas Sarkozy, un Brice Hortefeux, deux fois condamné par un tribunal, n’a pas jugé nécessaire de démissionner.

Pire encore, responsable de la paix civile en tant que Ministre de l’Intérieur, il a été jugé coupable d’injure raciale ce qui le révèle totalement inapte à sa fonction. De là à imaginer que le Président de la République exige de son ami une démission, vous n’y pensez pas ! Il est vrai que lorsque le premier personnage de l’État viole allègrement la Constitution qu’il a pour charge de défendre en ordonnant des mesures dirigées contre un groupe humain spécifique ou en inventant des catégories parmi les Français, la cohérence voudrait alors qu’il démissionne lui-même. Impensable, la place est trop bonne. La plupart de ces ministres ont oublié le sens originel de ministre, serviteur. Ils se sont permis d’ajouter au verbe servir le pronom personnel réfléchi se et certains s’appliquent à se servir.

Foin de l’honneur, seul compte le fric.


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Malesherbes 59 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte