Magazine Poésie

L'absence

Par Achigan

L'absence

Aivazovsky


Il n'y a personne aux funérailles de la mer, car c'était son désir.
Pas de larme à l'oeil; et elle voulait s'étendre toute seule, sans le regard pervers de celui qui persiste, de celui qui regarde. 
Et l'onde cachée sous le bac de bois, sous les coquilles collées à la coque, frissonne vaguement. 
Ce n'est que le regret caché de la morte.
Rien n'est plus jamais vrai sur cette lande sèche près de l'eau moribonde.
Tout a les allures d'un tombeau. 
Il y a le ressac triste, sinon rien.
Un parasol tendu sur l'absence.
Derrière le passage et les herbes dures, le chemin d'une carriole effacé.
Où allait-elle ? Où sont passés les artistes ?
Ils avaient la mauvaise adresse !
Car c'est ici que les attend la morte, gisante.
Je m'inquiète, car je rêve. Mon songe tressaille d'une mort si grande, si spectaculaire et pourtant oubliée.
Je rêve à celle qui dort.
Je vais me glisser dans ses draps souples.
Je ne pleure pas la belle endormie,
mais je m'assoupis à ses côtés.
Je pose les doigts sur le détail de sa hanche.
Je laisse aller mon souffle sur sa nuque.

L'absence

Aivazovsky


Et le satellite froid redevient l'oeil clair.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Achigan 1 partage Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog

Magazines