Magazine Rugby

Back to the future...

Publié le 22 février 2011 par Ansolo

On est désormais habitué aux essais. Ceux sur la feuille de match, pas sur le terrain (ceux-là sont malheureusement plus rares). Pas d'étonnement, donc, devant la énième combinaison tentée par Marc Lièvremont et ses accolytes pour trouver la fameuse "bonne formule" censée - enfin - conduire son équipe à un succès durable (entendez un enchaînement de victoires face aux équipes du nord non suivies d'une complète déroute contre les réprésentants des antipodes).

Mais à y regarder de plus près, la composition d'équipe proposée par les sélectionneurs pour affronter l'Angleterre, samedi prochain à Twickenham donne un sentiment de "deja vu", comme on dit Outre-Manche.

En effet, lors de la dernière confrontation entre Anglais et Français dans l'antre Londonienne, Marc Lièvremont chercha à muscler son pack pour contrer la puissance de son vis-à-vis, en alignant d'entrée en troisième ligne Sébastien Chabal et Imanol Harinordoquy. Il fit également confiance à une paire de centres "costaude" avec Yannick Jauzion et Mathieu Bastareaud.

On sait ce qu'il advint : une grosse claque infligée par un XV de la Rose affichant un dynamisme et un état d'esprit à peu près identiques à ceux dont il nous gratifie actuellement.

Faut-il s'émouvoir de cette situation ? Franchement, on n'est pas particulièrement serein devant le crunch qui se profile à grands pas. L'impression est forte que rien n'a avancé depuis ce funeste Angleterre-France du 15 mars 2009. Alors que nos amis Anglais ont patiemment (et contre vents et marée) construit une équipe qui paraît largement tenir la route, nous continuons à nous demander de quoi demain sera fait.

La tilularisation de Sébastien Chabal au centre de la troisième ligne conduit à repositionner d'Imanol Harinordoquy au poste de flanker. Cela n'est pas aberrant, dès lors qu'il occupe cette place au sein du Biarritz olympique. Reste à savoir si le barbu le plus célèbre des abribus pourra avoir le rendement qu'on attend d'un numéro huit moderne, qui n'est plus seulement un perforateur mais aussi un "trieur" de ballons et un soutien de chaque instant au porteur de balle. Au passage, l'absence de Julien Bonnaire prive l'alignement Français d'un sauteur efficace en touche. C'est dommage quand on connaît l'importance de ce secteur pour les lancements de jeu.

Dimitri Yachvili prend la place de Morgan Parra à la mêlée. Pour les techniciens, c'est la conséquence de la performance en demi-teinte du Clermontois face à l'Irlande. Pour les supersticieux, c'est le chat noir des Anglais qui se repointera à Twickeham. Sur un plan purement sportif, force est de reconnaître que le Biarrot a montré des dispositions intéressantes lors de son entrée en jeu à Dublin. Un performance de choix contre ses meilleurs ennemis le remettrait sérieusement en selle en vue de la prochaine coupe du monde. Mais avec Marc Lièvremont, il faut néanmoins s'attendre à tout...

La preuve, il tente une paire "Jauzion - Rougerie" au centre. Difficile, il est vrai, de remettre en cause le choix de l'Auvergnat en 13, celui-ci ayant été plutôt à son avantage à l'Aviva Stadium. Quant à Yannick Jauzion, il apparaît tellement plus incontestable à ce poste que tous ses concurrents que la question de sa sélection ne se pose pas. C'est plutôt l'association des deux qui interroge. On ne demande qu'à être convaincu...

Tout comme on souhaite l'être de la sélection de Yoann Huget, dont on se demande encore ce qu'il a de plus qu'un Marc Andreu ou qu'un Julien Malzieu. Ses dernières apparitions en bleu n'ont pas été très convaincantes et il aura cette fois en face de lui un sérieux client (Marc Cueto ou Matt Banahan).

On espère enfin que Maxime Médard sera bien aligné, car il souffre à une cuisse. Son absence apporterait un sérieux bémol aux chances, déjà mesurées, de succès sur le sol Anglais.

Au final, cette équipe prépare peut être le futur, mais elle évoque plutôt le passé. Souhaitons seulement qu'elle ne nous ramène pas totalement en arrière. En particulier à ce 15 mars 2009 de sinistre mémoire.  

Le XV de départ : Médard (Toulouse) ; Huget (Bayonne), Rougerie (Clermont), Jauzion (Toulouse), Clerc (Toulouse) ; (o) Trinh-Duc (Montpellier), (m) Yachvili (Biarritz) ; Harinorodquy (Biarritz), Chabal (Racing-Metro), Dusautoir (cap, Toulouse) ; Pierre (Clermont), Nallet (Racing-Metro) ; Mas (Perpignan), Servat (Toulouse), Domingo (Clermont).

Remplaçants : Guirado (Perpignan), Marconnet (Biarritz), Thion (Biarritz), Bonnaire (Clermont), Parra (Clermont), Traille (Biarritz), Poitrenaud (Toulouse). 


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Ansolo 109 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines