Magazine

Alexandre Yersin 1863 - 1943

Publié le 02 décembre 2007 par Lasiate
" de petite taille, sobrement vêtu, au maintien discret jusqu'à l'effacement, affreusement dépaysé dans les manifestations officielles où de loin en loin il paraissait par strict devoir. Je n'oublierai jamais le supplice que furent pour lui les cérémonies d'inauguration du lycée Yersin à Dalat, en 1936, ni le véritable accablement dans lequel le laissaient les témoignages d'admiration." Hubert Marneffe. " Sa clarté de pensée lui faisait simplifier tout problème pour aller d'emblée à l'essentiel... Il haïssait l'à-peu-près, les inexactitudes, le manque de scrupule et l'absence de sens des responsabilités." Henri H. Mollaret. "... sa rapidité de décision, sa confiance en lui seul, son besoin d'indépendance presque maladif, son rejet des contraintes sociales..." Henri H. Mollaret. " Yersin ne se sentait à l'aise qu'au milieu des enfants et des humbles; c'est à eux qu'il livrait tout son coeur et prodiguait les marques de son extrême bonté." Hubert Marneffe. "Captivé, treize ans auparavant, par la magnificence paisible de la baie de Nha Trang alors qu'il cabotait entre Saigon et Haiphong, il y a maintenant jeté l'ancre; il sait qu'il y finira ses jours." Henri H. Mollaret et Jacqueline Brossollet."Il parlait mal le vietnamien ... car malgré le soin qu'il apporta longtemps à l'étudier, la langue annamite lui sembla toujours horriblement difficile." Henri H. Mollaret et Jacqueline Brossollet. Je confirme. La langue annamite est bien difficile.

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Lasiate 5 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte