Magazine Humour

Marie Besnard , l'empoisonneuse avec Muriel Robin

Publié le 06 mars 2011 par Mameriniak

  Tout commence par une rumeur, quand Léon Besnard meurt le 27 octobre 1947, à Loudun dans la Vienne, après une crise de vomissements. Madame Pintou la postière confie au châtelain Auguste Leclercq que Léon lui a dit sur son lit de mort : "c'est Marie qui m'a empoisonné ". Les symptômes qu'a connus Léon pourraient bien être ceux d'un empoisonnement à l'arsenic. La rumeur enfle dans la petite ville sombre. D'autant plus que les villageois acceptent mal l'amitié qui lie Marie à Ady, un jeune ouvrier allemand. Les gendarmes enquêtent et concluent à un non-lieu. Mais en 1948, l'enquête redémarre. Le corps de Léon est exhumé et analysé. Les experts décèlent des traces d'arsenic. Et l'on découvre que onze personnes de la famille de Marie Besnard sont décédées dans des circonstances similaires, onze autres personnes dont Marie a hérité. En 1952, s'ouvre le premier procès de Marie Besnard à Poitiers, dans une atmosphère haineuse à l'égard de l'accusée. Bien que les preuves accablent celle qui fut appelée naguère la bonne dame de Loudun, ses avocats parviennent à mettre rapidement les experts en boîte. Le procès est annulé, mais la prévenue reste incarcérée le temps d'effectuer de nouvelles analyses d'arsenic sur les onze cadavres de ses présumées victimes. Pendant ce temps, celle qui continue de clamer son innocence du fond de sa prison, commence à perdre tout espoir, malgré l'intérêt que lui porte la journaliste Simone Roulier. Lorsque son deuxième procès s'ouvre à Bordeau, le juge annonce à Marie Besnard ce qu'il considère comme une très bonne nouvelle : elle n'est plus accusée que de six meurtres...


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Mameriniak 263 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines