Magazine Humeur

C’est Tartuffe qui fait le jeu de Marine

Publié le 08 mars 2011 par Jlhuss

chirac_emplois_fictifs_proces_inside.1299529449.jpgLe plus étonnant n’est absolument pas le résultat du sondage dont tout le monde s’ébaubie mais la surprise qu’il semble engendrer. On passera sur la méthode, l’oubli de certains compétiteurs putatifs (Hollande, DSK etc.), l’institut Harris a profité de ces contestations de pacotille pour resservir le couvert qui confirme , voir accentue, le premier résultat; il n’y a pas de petit profit.
NON ! Le plus étonnant réside dans la stupeur des partis institutionnels, qu’ils soient d’opposition ou en charge de l’exécutif. Ils passent leur temps et leurs réactions à rejeter sur l’autre la faute d’un résultat d’enquête d’opinion qu’ils réfutent en partie ou minimisent.
Il ne vient à l’esprit d’aucun de pratiquer une autocritique salutaire, de rechercher les causes profondes d’une percée indéniable dont la pérennité reste à confirmer.

Les péripéties judiciaires du moment ne sont pas pour diminuer la réticence grandissante des électeurs vis-à-vis de ces formations « traditionnelles » Quand Marine Le Pen embouche la trompette de l’UMPS elle fait « un tabac » à chaque fois.
C’est bien sûr l’ouverture-fermeture du procès de Jacques Chirac avec des emplois fictifs, mais surtout une ultime action de procédure (pas de son fait) pour retarder encore un peu l’aboutissement d’un épisode qui doit avoir lieu, même si le temps s’est écoulé et si Delanoë à négocier la rédemption parisienne. Cet accord ne fait d’ailleurs que renforcer la prévention du citoyen lambda. Un avocat peut faire annuler le procès, le chauffeur de Marc Blondel, payé par la mairie de Paris devrait être disjoint des autres emplois … que sais-je … Du grand guignol juridique. Un procès original, en tous les cas premier du genre pour un ancien Président de la République. Son prédecesseur n’a pas pu bénéficier d’une telle publicité. Ce faisant, il n’a pas non plus remboursé l’Etat des frais considérables engagés pour la protection de sa double vie … Mort trop tôt … Surtout pas de plainte et un successeur bienveillant …

1583232.1299529481.jpg
C’est aussi, dans un autre registre bien voisin cependant, la publication accablante du rapport Montebourg, pourfendeur de Chirac, sur les pratiques du PS des Bouches du Rhône et celles du clan Guérini. Rien de bien nouveau me direz-vous, on connaissait les manœuvres du congrès de Reims pour faire battre Ségolène au profit de Martine ; on savait depuis longtemps que Deferre n’était pas un petit sain et que Godin servait de joker acceptable dans les luttes marseillaises internes au PS. On doit reconnaître à Montebourg un certain courage et Hamon, une fois de plus, se ridiculise en déclarant que « ce n’était pas le moment … » Quel est donc le bon moment ? Sans doute après la reconduction de Guérini à la tête du département ?
Loin de s’apaiser, la polémique entre Arnaud Montebourg et Jean-Noël Guérini monte d’un cran. Le député de Saône-et-Loire, resté silencieux jusqu’ici, a répondu aux reproches de la direction du PS dans une lettre qu’il publie sur son blog . Il y renouvelle ses accusations sur le fonctionnement de la fédération PS des Bouches-du-Rhône.
Montebourg souligne que chacune des affirmations contenues dans son rapport ont été vérifiées, contrairement à ce que prétend la direction du PS -Martine Aubry affirme qu’”il n’y a pas d’éléments précis”. Il réitère sa demande de “mise sous tutelle de la Fédération des Bouches du Rhône” et réclame “un moratoire de toute prise nouvelle de responsabilités” par Jean-Noël Guérini. Le coup de grâce étant sans doute son accusation portant sur l’attitude de la direction du PS : “je regrette qu’on ait cherché à m’empêcher de produire ce rapport avant même son achèvement”.
Martine Aubry fait la « bête » et se met tout à coup à ressembler à MAM : elle se démarque de Montebourg, s’affuble d’une langue de bois de compétition et refuse de lâcher son mentor marseillais….

Ce qui est détestable, déstabilisant réside dans une approche plus profonde de ces faits divers. La droite s’avance en général aves des valeurs beaucoup plus « individuelles «  que la gauche. On y retrouve les valeurs de l’individu avant le collectif, l’éloge de la réussite, de l’effort récompensé, des bienfaits du profit. Pour la gauche, le profit individuel serait toujours suspect, le collectif prévaudrait sur l’individuel … Ces quelques valeurs énoncées sont bien sûr très schématiques. Mais une chose est sûre la gauche serait « bonne » et la droite « méchante » et la gauche ne cesse de donner des leçons de morale en ce sens. Il est à parier que nos concitoyens ne supportent plus les Tartuffes !
Dans une telle ambiance, avec de tels aveugles, les mêmes qui prêchent l’irréprochabilité, la transparence, s’étonnent encore de la progression de la fille du « borgne » !

Le “circulez il n’y a rien à voir” ni à dire et repoussons les débats sur lesquels il y a quelques difficultés pour obtenir un doux consensus, voilà le péché capital. Le consensus total est en général impossible dans une démocratie véritable et heureusement, mais le “rassemblement” autour du débat même dur et controversé est salutaire. Au lieu d’édulcorer, de prendre des précautions inaudibles, fonçons au contraire dans ces espaces tellement sujets à diatribes hypocrites. Invitons dans ces débats les “pointures” les plus remarquées, universitaires, philosophes, hommes de confessions et aussi les politiques sans oublier bien sûr la Marine en question. La baudruche se dégonflera bien vite.

capture.1299539386.JPG


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Jlhuss 148 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines