Magazine Autres sports

March Madness 101

Publié le 09 mars 2011 par Sixverges
March Madness 101Comme les négociations sur la nouvelle convention collective de la NFL stagnent un brin et que la NHL est toujours un peu redondante à l’aube des séries, Stéphane Morneau nous propose une alternative qui gagne de plus en plus d’adeptes au Québec: Le March Madness (ou La Folie de Mars pour tous les Pierre Houde de ce monde)...
Le March Madness, c’est quoi?
La NCAA (National Collegiate Athletic Association) compte 346 programmes universitaires dans leur division 1 de basket-ball masculin et, en Mars, 68 équipes se disputent les honneurs dans un tournoi à élimination simple pour couronner le champion national.
Le tournoi du March Madness est donc la clôture de la saison dans la NCAA et s’amorce à la suite des différents championnats de division (31 au total). Il y a deux façons pour un programme d’être invité dans ce prestigieux tournoi :
1- Remporter le championnat de sa division à la suite des éliminatoires. Les champions reçoivent une invitation automatiquement sauf pour la Ivy League qui n’a pas d’éliminatoires alors ils reçoivent une invitation pour la meilleure équipe en saison régulière.
2- Bien jouer durant toute la saison pour recevoir l’une des 37 invitations restantes de la part du comité de sélection lors du Selection Sunday qui se déroulera, cette année, le 13 Mars. Le comité de sélection se base sur la fiche de l’équipe, la force de son opposition durant toute la saison et ses performances durant les matchs intra-conférence. Le comité n’a pas de formule magique mais plus souvent qu’autrement, les programmes prestigieux dans les divisions fortes reçoivent des invitations à moins d’avoir eu une saison vraiment décevante (voir UNC en 2010).
Déroulement du tournoi.
Suite au Selection Sunday, les 68 équipes participantes au tournoi seront connues et les Brackets (grilles du tournoi) seront remplis par le panel de sélection de la NCAA.
Le tournoi se divise en quatre régions (Est, Sud-Est, Ouest, Sud-Ouest) et classe les équipes de 1 à 16. La sélection des régions est complètement arbitraire et n’a rien à voir avec la position géographique des équipes. De toute façon, tous les matchs du tournoi sont joués sur des terrains neutres sélectionnés à l’avance par la NCAA.
Une nouveauté cette année : Le First Four! Avant 2011, le tournoi comportait 65 équipes avec un seul match de qualification pour déterminer la 64e équipe entrante dans le tournoi qui aurait l’honneur de se faire rincer par les favoris au pays lors de la première ronde. Mais cette année, les quatre moins bonnes équipes qualifiées automatiquement (champions de division) affronteront les quatre dernières équipes sélectionnées par le comité et les gagnants de chacun de ces matches se retrouveront avec une position #16 dans chacun des Brackets. L’action commence donc très tôt cette année et des champions de conférence pourraient ne pas se rendre au tournoi, une première depuis plusieurs années.
Par la suite, les positions de 1 à 16 sont fixes dans chacune des brackets et les affrontements de première ronde vont comme suit : 1 vs 16, 2 vs 15, 3 vs 14, 4 vs 13, etc… Quand les brackets sont remplis, plus rien ne bouge et c’est là que le March Madness prend tout son sens.
64 équipes, pas de deuxième chance
Comme le tournoi est à élimination simple, quand une équipe perd elle est officiellement en vacances et l’équipe gagnante avance à la prochaine ronde. Les matchups ne sont pas remaniés comme dans la NFL par exemple où les équipes plus hautes au classement affrontent toujours les plus basses suite au Wild Card Week-End. Non, dans le tournoi de la NCAA, le tableau est fixe et si une équipe cendrillon se faufile jusqu’à la ronde des 16, elle pourrait affronter une équipe classé 7e ou 8e alors que les numéros 2 et 3 s’affrontent dans un autre match. De quoi donner des cheveux gris aux partisans de chaque école.
Cette année, tous les matchs seront télédiffusés sur CBS, même ceux de première ronde. Donc, le 15-16 mars se disputera la première ronde, ensuite la deuxième et troisième ronde du 17 au 21 mars. Après la troisième ronde (Sweet 16) s’amorce les demi-finales de chaque groupe soit le Elite Eight. À ce stade, les hommes sont clairement séparés des enfants et on met la table pour le gratin du tournoi, le Final Four où les gagnants de chaque groupe (Est vs Ouest et Sud-Est vs Sud-Ouest) s’affrontent pour une place en finale. Le Final Four sera disputé le 2 Avril et la grande finale le Lundi 4 Avril à Houston, marquez tout de suite vos calendriers.
Les dix équipes favorites
Durant toute l’année, l’Associated Press publie un Top 25 hebdomadaire basé sur les performances des équipes, leurs fiches et leurs adversaires. Avant d’entrer dans les éliminatoires de conférence, voici donc le Top 10 de l’AP et soyez certains que toutes ces équipes seront de la grande danse de Mars.
1- Ohio State, 27-2
2- Kansas, 27-2
3- Brigham Young (BYU), 27-2
4- Duke, 26-3 (Champions en titre du tournoi)
5- Pittsburgh, 25-4
6- Purdue, 24-5
7- Texas, 24-5
8- Notre-Dame, 23-6
9- San Diego State, 27-2
10- Wisconsin, 22-6
Et voici d’autres équipes à surveiller qui performent toujours bien dans le tournoi et qui ne sont pas dans le Top 10 de cette année :
Louisville (11e), North Carolina (13e), Connecticut (16e), Georgetown (17e), Kentucky (20e), Kansas State (non classé)
Les joueurs à surveiller
Le tournoi de la NCAA est aussi une occasion en or pour les joueurs de se faire valoir aux yeux des recruteurs et de mettre leur nom sur la map avec des performances inspiréesé Contrairement au Football, les joueurs de basket-ball peuvent se déclarer pour le repêchage après une seule année à l’université (Freshman Year) ce qui donne droit à beaucoup de ‘One and done’ qui passent en coup de vent dans les universités et qui maximisent au possible leur opportunité de bien paraitre en vue du repêchage de la NBA en Juin.
Pour vous guider un peu dans le tournoi, voici un Top 10 de joueurs à surveiller qui seront fort probablement sélectionné au premier tour de la cuvée 2011 du repêchage de la NBA.
1. Kyrie Irving, Duke, PG (Freshman)
Irving est un joyau à sa position et tout comme John Wall l’an dernier il pourrait bien être le grand prix de la loterie de la NBA. Irving possède un arsenal supérieur à tous les points de vues pour sa position et son âge. Irving est un joueur spectaculaire qui attaque le panier avec beaucoup d’aisances et il fera tourner bien des tête durant le tournoi, surtout que les Blue Devils de Duke vont surement se rendre loin, exposant Irving au maximum.
2. Perry Jones, Baylor, PF (Freshman)
Jones est toute une pièce d’homme (6 pieds 11 pouces, 220 livres) qui se déplace comme un garde mais peut protéger sous le panier comme un centre. Jones peut marquer de partout sur le terrain et sa vitesse est étonnante pour un homme de sa stature.
3. Jared Sullinger, Ohio State, PF (Freshman)
Sullinger est l’étoile de la meilleure équipe au pays, les Buckeyes d’Ohio State, et sa saison de rêve le propulsera dans les hautes sphères du repêchage. Sullinger domine sous le panier et malmène ses opposants plus petits que lui pour soutirer des rebonds et marquer des points face au panier. Durant le tournoi, Sullinger sera sur toutes les lèvres.
4. Derrick Williams, Arizona, SF (Sophomore)
Derrick Williams n’est pas aussi dominant que Sullinger mais son jeu est très intéressant et il peut mettre le ballon dans le panier à volonté.
5. Terrence Jones, Kentucky, SF (Freshman)
Jones possède de superbes mains, une excellente vision du jeu et un tir de 3 points qui oblige l’équipe adverse à respecter son jeu. Avec sa portée et son athlétisme, Jones fera tourner bien des têtes.
6. Harrison Barnes, North Carolina, SF (Freshman)
Avant même le début de la saison, Barnes était considéré comme le meilleur joueur de son âge dans la classe de 2010 qui graduait au niveau secondaire. Il s’est même faufilé sur la sélection All-American avant la saison, une première pour un joueur de première année. Barnes a connu une saison un peu décevante mais, les Tar Heels se sont replacés et pour amorcer le tournoi Barnes redevient un joueur d’impact à surveiller qui pourra transporter l’équipe de Roy Williams vers les grands honneurs.
7. Jordan Hamilton, Texas, SF (Sophomore)
Hamilton est toute l’attaque des Longhorns et heureusement pour eux c’est une machine offensive. Il manque un peu de polissage au niveau des stratégies et de la défense mais personne ne doute de ses facultés à compter des points.
8. Kemba Walker, Connecticut, PG (Junior)
Après deux années plutôt sous le radar, Walker a explosé sur la scène nationale avec les Huskies et ce tournoi sera sa porte d’entrée dans la NBA. Walker est rapide, très rapide, et explosif pour compenser sa petite taille.
9. Jimmer Fredette, BYU, PG (Senior)
Fredette est l’histoire de l’année avec son pedigree plutôt moyen et ses performances extraordinaire pour le petit programme qu’est BYU. Fredette est le meilleur pointeur au pays avec près de 28 points par match et est le prototype même du genre de joueur qui allume les tableaux dans la NCAA mais qui se retrouve entre deux chaises dans la NBA. Trop petit pour être un shooting guard et un passeur trop moyen pour un point guard, Fredette sera donc la vedette incontesté de BYU et peut-être un choix sentimental lors du repêchage. Tout de même, il devrait connaître un gros tournoi.
10. Marcus & Markieff Morris, Kansas, PF (Junior)
On finit avec les Twin Terrors de Kansas, les jumeaux Morris qui sont dominant sous le panier et donnent des maux de têtes aux offensives adverses. C’est rare de voir deux jumeaux évoluer avec autant de succès pour la même équipe et les frères Lopez (Brook & Robin) viennent tout de suite en tête de liste suite à leur carrière à Stanford il y a quelques années déjà. Les frères Morris ont connu la déception l’an dernier alors que Kansas était l’une des équipes favorites et cette année, ce sera peut-être la rédemption pour les jumeaux.
Prédictions hâtives
Pour vos pools de bureau autour du tournoi, je vous suggère de pencher fortement vers Pittsburgh et/ou Kansas qui ont des équipes complètes, expérimentés et surtout en soif de gagner le tournoi. UNC pourrait surprendre plusieurs pronostics avec leur expérience et le calibre de l’équipe et Kansas State, fortement négligé, pourrait se rallier derrière Jacob Pullen et se faufiler dans l’Elite Eight.
Mais bon, la partie plaisante des brackets est justement de surfer sur le hasard et encourager l’équipe que vous pigez. En espérant seulement que vous ne soyez pas coincé avec l’une des équipes classées au 16e rang.
Sur ce préparez-vous car le tournoi début très bientôt. Parlez-en et s’il y a une demande on pourrait faire un Brackets 6VB pour l’honneur d’être le ‘ti-joe connaissant’ du mois.
Bon Basket!

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Sixverges 1945 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines