Magazine

Les Enfants de La Liberté

Publié le 29 janvier 2008 par Missbrownie
bbd7d60b948e1256ea477d3d04aef568.jpg

"On est tous l'étranger de quelqu'un."

Après avoir reculer l'échéance 4 mois durant, j'ai enfin pris mon courage à 2 mains pour me plonger entièrement dans "Les enfants de la Liberté" de Marc Lévy.

En 5 jours, le pavé (430 pages) était achevé. 5 jours, ça peut donner l'impression que le livre était tellement accrochant que je ne savais m'en détacher, mais que nenni... Mon problème est que malheureusement, j'aime lire du Marc Lévy... je sais, honte sur moi... et que je voulais absolument aller jusqu'au bout de ce livre. En septembre, avec bien du mal, j'avais lu les 50 premières pages sans réellement accrocher, mais comme je ne m'avoue jamais vaincu, la semaine dernière, j'ai ré-ouvert ce bouquin avec la ferme intention d'aller jusqu'au bout cette fois-ci.

D'habitude, j'aime le côté surréaliste de Marc Lévy, mais ici rien de surréaliste, que du bien réel... Les enfants de la Liberté, c'est l'histoire de la Résistance à la fin de la guerre de 45, celle que mes grands mères ont connu. C'est l'histoire de quelques jeunes juifs polonais, italiens ou espagnols qui se battent pour la France. Je n'ai jamais été trop fan des histoires sur la déportation... je n'ai jamais voulu lire "Le journal d'Anne Franck" ou "Elle s'appelait Sarah", ni "La lettre de Guy Moquet" , ce n'est pas que le sujet ne m'intéresse pas mais les reportages et films tels que "La liste Schindler" ou "La vie est belle" suffisent à ce que j'imagine l'horreur qu'ont vécu ses innocents. Bref, je n'ai pas besoin de plus, surtout qu'en lisant les images que mon esprit créent me semblent souvent bien plus atroces. Mais voilà, je voulais lire ce livre jusqu'à la dernière ligne.

Et bien je suis soulagée de l'avoir fini.

Quand je lis les critiques élogieuses sur amazon concernant ce livre, je reste dubitative... Oui parce que je n'ai rien trouvé d'exceptionnel en le lisant: juste l'énumération des faits d'une brigade de résistants, leur emprisonnement, leur interminable voyage en enfer... bref de l'insoutenable écrit le plus simplement possible, comme une chronologie des faits. Je préfère largement écouter les histoires de guerre côté civil de mes grands mères, comme l'histoire où ma mémé en voulait à sa mère d'avoir échangé leur seul pain noir de la semaine contre un morceau de savon. Je le répète encore, mais je suis vraiment contente d'avoir enfin fini ce bouquin!

Maintenant j'ai bien besoin d'une lecture légère et "La double vie de Pénélope B." fera très bien l'affaire! Ah je sens que je vais pouvoir me détendre l'esprit et sourire un peu, ce qui n'a pas du tout était le cas avec "Les enfants de la Liberté" ...


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Missbrownie 22 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog