Magazine Cinéma

Le courrier du coeur de Gilles Jacob

Par Benard

[11/03/2011] Le président du Festival de Cannes Gilles Jacob publie une soixantaine de lettres adressées à Catherine Deneuve, Woody Allen, Juliette Binoche, Federico Fellini, Jane Fonda et même au Loup de Tex Avery. Extraits exclusifs

Gilles Jacob, ici avec Jane Fonda en 2007, est né en 1930 à Paris. Il préside depuis 2000 le Festival de Cannes, dont il a raconté les héros et les coulisses dans «la Vie passera comme un rêve». Dans «le Fantôme du capitaine», il publie une soixantaine de lettres adressées à Catherine Deneuve, Woody Allen, Juliette Binoche, Federico Fellini, Jane Fonda et même au Loup de Tex Avery. (c)François Guillot/AFPGilles Jacob, ici avec Jane Fonda en 2007, est né en 1930 à Paris. Il préside depuis 2000 le Festival de Cannes, dont il a raconté les héros et les coulisses dans «la Vie passera comme un rêve». Dans «le Fantôme du capitaine», il publie une soixantaine de lettres adressées à Catherine Deneuve, Woody Allen, Juliette Binoche, Federico Fellini, Jane Fonda et même au Loup de Tex Avery. (c)François Guillot/AFP

Présider le Festival de Cannes n'interdit pas d'être un homme de lettres accompli. Au contraire, mieux vaut être un fameux épistolier pour répondre, du tac autact,à son«cher Michel Ier»(c'est Piccoli) que« passer l'épreuve de la sélection»est un préalable nécessaire«avant de songer à des prix éventuels».Il faut encore savoir présenter ses excuses à l'irremplaçable Philippe Noiret pour avoir«manqué de jugeote»en l'informant que «Cinema Paradiso» n'aurait«rien».Et même si ça n'aboutira jamais, il faut bien tenter de convaincre un génie comme Bergman de venir sur la Croisette présider le jury. La correspondance est un art où Gilles Jacob excelle avec humour, élégance et tendresse.

Dans «le Fantôme du capitaine», où il rassemble une soixantaine de correspondances plus ou moins fictives en considérant que«la mémoire est belle quand on l'aide un peu»,cet ami de François Truffaut glisse du coq à l'âne, d'Alain Resnais à Catherine Deneuve et, surtout, de l'autoportrait insolite aux déclarations d'amour à sens unique.

Car c'est la malédiction du cinéphile, condamné à brûler en silence pour Delphine Seyrig, Anouk Aimée ou Monica Vitti. Il n'a plus qu'à célébrer les charmes de« l'amour platonique ». «Parfois,se console-t-il,les liaisons imaginaires donnent l'illusion d'un bonheur immatériel et permettent de traverser la vie sans la prendre à bras-le-corps.»Le beau livre de Jacob aussi.

Grégoire Leménager

«Le Fantôme du capitaine», parGilles Jacob,
Robert Laffont, 340 p., 20 euros


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Benard 392 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte