Magazine

Ras-le-bol général(e)

Publié le 29 janvier 2008 par Didier T.
Bon, j'en ai un peu marre en fait. Tout à fait concevable qu'on jette l'opprobre sur un courtier, un trader (ça fait mieux), bref, sur un type qui a de forte chances d'avoir joué les lampistes, les fusibles, dans une histoire qui a dépassé le cadre des gros sous, je l'entends. Qu'on soit asséné d'excuses et de lettres ouvertes par un type qui gémit plus platement qu'une nouille cuite par une ménagère inexpérimentée devant une population d'actionnaires qui ont eu droit à des pleines pages dans leurs journaux préférés, débordant d'explications explicatives car ils n'auront pas encaissé les dividendes escomptés après une année de non travail, une année passée à attendre que ça tombe (désolé les gars, petits ou gros, vous êtes niqués cette fois-ci), je l'entends aussi, faut pas déconner avec le pognon. Qu'on parle autour de la machine à café de cette histoire, qu'on farcisse les blogs avec des fausses pubs et des détournements plus ou moins heureux, de logos trafiqués, c'est épidermique et dans l'air du temps, je l'entends pareillement. Que passent en boucle des reportages sur cette affaire dans une télé que je ne regarde plus, je le conçois.
Mais il y a un minimum de décence à avoir tout de même. Cette somme énormissime, inconcevable, ce loto inimaginable (mais en négatif) qui vient de tomber, ce trou incommensurable, abyssal, est en train de masquer tout le reste. Je n'entends plus parler de la gauche muette (remarquez, c'est un mauvais exemple), la rollex et la bague rose et jumelle ont disparu des écrans, le cul tout mignon de la première dame n'est plus d'actualité, le pouvoir d'achat (c'est quoi un pouvoir d'achat ?), le traité simplifié-ratifié-imposé, les petites mesquineries des franchises médicales, la perte maladive de confiance, la vérité des fins de mois non bouclées, les usines Mittal qui digèrent leur personnel pour plus de dividendes, le réchauffement de la planète, les OGM, les morts de froid place de la Concorde, la chasse aux abus du RMI (remarquez, ça a permis de trouver que Laurence Pinault-Valencienne, fille de milliardaire, le touchait elle aussi, encore un bel arbre qui cache la forêt des vrais malheurs individuels), les Brice te recoinduit à la frontière, j'arrête l'énumération, je ne suis PAS Francis Lalanne, tout ça, pfffuit ! disparu, effacé, tout ça pour parler pognon, pognon, et encore pognon.
Il est l'or monseigneur, l'or de se réveiller ! la vraie vie vous attend demain, avec ou sans ces 5 milliards qui, si on insiste un peu, nous appartiendront tellement qu'on sera tous prêts à mettre la main à la poche.
C'est indécent, c'est tout.
La logo, en haut, c'est celui de la banque alimentaire, au fait.

Publié par les diablotintines - Une Fille - Mika - Zal - uusulu

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Didier T. 32 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog