Magazine Médias

X Factor épisode 1 : des animateurs sous X

Publié le 16 mars 2011 par Maudsoulat

Un an qu'on l'attendait, le retour du télé-crochet de la petite chaine devenue grande. Mardi 15 mars, 20h50 : l'arsenal de la parfaite X-Factorette est pret, téléphone pour envoi groupé de SMS, programmation des pauses obligatoires, Snifbox pleine de Kleenex pour moments d'émotion... L'excitation est à son comble, et le petit être bouge dans mon être. Il doit sentir qu'il se passe un truc.

Ca y est, l'émission commence. Première constatation : la musique de fond est beaucoup, mais alors beaucoup trop forte. S'en suit une litanie sur des stars planétaires (ou pas) qui ont le X factor. Au bout d'un moment, on a compris, merci.

Heureusement, vient le temps de la présentation du jury. Bon, pour les impatients comme moi, les bios sont les mêmes que celles qui passent depuis quelques semaines sur Internet. On apprend notamment qu'Olivier Schulteis est LE découvreur de Christophe Maé. Ca y est, on tient le coupable. Qu'on le pende par les pieds avec des plumes et du goudron... Pardon je m'égare.

On entraperçoit les animateurs Sandrine Corman et Jerome Anthony. Signe caractéristique que sur X Factor, comme sur Nouvelle Star, la star, ce sera le jury. Ou que les dits animateurs sont encore trop mal à l'aise dans leur costume de Monsieur et Madame Loyal. Les auditions peuvent commencer.

Le premier candidat est un candidat "hameçon" : il sert à ferrer la ménagère pour ne plus la lacher de la soirée. Vincent, beau gosse, père de famille, entame une reprise de "Who wants to live forever" qui me fait prendre la pleine mesure du terme bouleversement hormonal lié à la grossesse. L'Homme est mort de rire et prédit que ça va être comme ça toute la soirée. Pff, médisant... En tout cas le jury est subjugué. On les comprend.

S'en suit malheureusement une bien trop longue série de casseroles à l'occasion desquelles on redécouvre l'humour pince sans rire de Christophe Willem, que la prod montre à peu près sous tous les angles : on se croirait dans le W Factor.

Afin de ne pas faire fuir les amateurs, on remet quand même en selle de bons candidats. Parmi ces pépites, deux jolies découvertes : Valentin et le groupe Brand New Vibes. De quoi rattraper l'énorme erreur de casting faite par le jury qui fait passer à la seconde étape un mix entre Claude François, Magloire et Obelix...

Bilan de cette soirée : globalement positif, même si le montage laisse trop de places aux casseroles. Affaire à suivre


Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Maudsoulat 191 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines