Magazine Livres

Une auteur de ma région qui m'inspire

Par Ghostwriter

    Tout le monde, ou du moins un bon nombre de personne connaît cette grande dame. Cette femme qui portait des pantalons, fumait comme les hommes et eut une dizaine d'amants. Cette femme qui inspira Chopin durant dix ans, qui partageait sa vie entre Paris et Nohant-Vic. Cette auteur connut pour ces 86 romans, aussi bien féministes que champêtres en passant par politique. Cette dame admirable par sa générosité et son savoir vivre.

Messieurs, Mesdames, et tous ceux qui me liront, je parle de Aurore Dupin, dite George Sand.

Quand on parle de George Sand différents mots peuvent nous venir à l'esprit: « La Mare au diable », Nohant, Chopin, ses amants, générosité, pantalon, clopes, Berry... Mais dans le fond Madame Dupin c'était qui ?

Elle est née le 1er juillet 1804 à Paris. Élevée par sa grand-mère à Nohant, elle y passa un bon nombre d'année de sa vie, et d'ailleurs elle y décède en 1876, le 8 juin, à l'âge de 71 ans, d'une occlusion intestinale.

George Sand fut d'abord mariée à François Casimir Dudevant, avec lequel elle eut un fils Maurice, qui resta très proche de sa mère toute sa vie. Elle ne s'entendait pas vraiment avec son mari, si bien qu'avant qu'il meurt, elle se retirait seul dans son boudoir (pièce dans sa maison à Nohant) où elle passait des nuits entière à écrire.

Par le biais de Liszt, elle rencontra Frédérique Chopin avec lequel elle eut une relation de 10 ans. Ils passaient leur hiver à Paris, et le reste de l'année à Nohant. Liszt faisait venir le piano du musicien à chaque fois. George lui avait aménagé une grande chambre au première étage, qu'elle a à sa mort divisée en trois (chambre, bibliothèque et atelier de travail). Le musicien étant rongé par la maladie, il ne la reconnaissait même plus, et c'est elle qui mit fin à leur relation.

L'auteur était très proche de ses dix domestiques. Elle avait même appris à sa cuisinière à lire et à écrire. Ses domestiques qu'elle faisait jouer lors des soirées théâtre dans celui aménagé au rez-de-chaussez de la maison. Celui-ci avait été décoré par Maurice son fils, qui étudia la peinture avec Eugène Delacroix, et Lambert, un ami de Maurice, elle hébergea d'ailleurs douze ans dans sa demeure à Nohant.

C'était une femme généreuse, et recevait toujours beaucoup de monde à sa table. Grande amie de la cantatrice Pauline Viardot, à qui elle dédia un de ses livres; mais aussi Flaubert qui possédait un pavillon dans le parc de la demeure, et tant d'autres. Généreuse aussi en vers les gens de sa région. Beaucoup de personne venaient cognaient à sa porte pour avoir de l'aide, si bien qu'à la fin, elle ne pouvait accéder à leur requête. C'est pour eux qu'elle écrivait ses romans, car comme elle le disait « Ils ne savent pas écrire, alors je le fais pour eux ». Elle se disait entourée de 70% d'analphabètes et faisait tout pour faire évoluer les situations.

Sa dernière relation amoureuse fut avec Alexandre Manceau qui lui offrit sa maison à Gargilesse. Quand il mourut, elle se retira dans sa maison à Nohant où elle décéda dans la célèbre chambre bleue.

Sabard Manon

____________

Aujourd'hui, sa demeure à Nohant est classée monument historique. En effet, sa petite-fille Gabrielle en a fait don à l'état après son décès en 1961. Nous pouvons la visiter en présence d'un guide qui vous transportera à l'époque de l'auteur en vous racontant les anecdotes à travers les pièces de la maison.

https://sites.google.com/site/ecrivainfantome/une-auteur-de-ma-region-qui-m-inspire


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Magazine