Magazine Finances

3 startups des antipodes

Publié le 29 mars 2011 par Patriceb @cestpasmonidee
StartmateA l'occasion de leur visite dans la Silicon Valley, TechCrunch nous parle des 5 premières jeunes sociétés participant au programme d'incubation australien Startmate, dont les solutions innovantes intéresseront les entreprises du monde entier. Arrêtons-nous sur 3 d'entre elles.
Comme je le rappelais dans un précédent article, malgré le buzz qui entoure les médias sociaux, les consommateurs, dans leur immense majorité, utilisent les canaux traditionnels pour contacter leurs "fournisseurs" et soumettre leurs plaintes et autres demandes. Parmi ces moyens, la messagerie électronique figure en bonne place : 10 milliards de mails seraient envoyés chaque année dans ce but. Chorus veut rendre plus efficace le traitement de ce flux de messages, avec l'objectif ultime d'améliorer le service aux clients.
Pour ce faire, le service de Chorus examine en temps réel les mails reçus et, grâce à une fonction d'"analyse de sentiments", détermine leur objet et l'état d'esprit de leur expéditeur. Ils sont ensuite catégorisés et triés dans la boîte de réception du destinataire, qui va ainsi pouvoir répondre en priorité aux clients les plus furieux, susceptibles des réactions les plus dangereuses pour la réputation de l'entreprise (notamment sur les réseaux sociaux !). L'ensemble est complété de tableaux de bord qui permettent de suivre l'évolution dans le temps du niveau de satisfaction des clients, à travers leurs messages.
Pour Noosbox, c'est encore la messagerie électronique qui est au coeur de son produit. Celui-ci est un add-on pour GMail, disponible dans la Google Apps MarketPlace, qui propose à chaque utilisateur de partager avec ses collègues, en un clic, les échanges enregistrés dans sa boîte de réception.
En dépit des bienfaits des outils collaboratifs (dont les Google Apps), largement déployés dans toutes les organisations, le mail reste l'outil de communication numéro 1, avec ses inconvénients : échanges individuels qui pourraient intéresser le groupe, discussions parallèles redondantes et incohérentes, multiplications des destinataires en "copies carbone", absence d'historique pour un nouvel arrivant... autant de situations que la solution de Noosbox peut gérer élégamment. Avec un peu d'optimisme, on rêvera même qu'elle stimule les réflexes collaboratifs de ses utilisateurs !
La dernière startup de ce panorama s'adresse un public plus ciblé, celui des équipes en charge (ou simplement impliqués dans) des projets d'applications web. Ceux qui font partie de cette population connaissent certainement les difficultés rencontrées dans la gestion des anomalies. Même lorsque des outils spécialisés sont mis en place, le dialogue entre les développeurs et les testeurs (au sens large, il peut même s'agir d'utilisateurs) est souvent difficile, engendrant de multiples échanges d'information et, parfois, des incompréhensions, faute de précision et de clarté dans les descriptions de problèmes.
BugHerd aide à résoudre ces difficultés en intégrant la gestion et le suivi des anomalies directement dans le contexte de l'application. Il s'agit en effet d'un module intégré dans le navigateur qui permet aux testeurs de sélectionner visuellement l'élément incriminé, fournir une description du problème, lui attribuer un niveau de gravité et assigner sa résolution à un membre de l'équipe de développement. Celui-ci va alors retrouver, avec le même outil, la liste des anomalies enregistrées, toujours présentées dans l'interface graphique de l'application.
BugHerd est distribué gratuitement jusqu'au 30 mai, n'hésitez pas à le tester !

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Patriceb 8007 partages Voir son profil
Voir son blog

Magazine