Magazine Poésie

À son cou

Par Guimond

Plein gaz vers le mur
Pourvu que ça change
À l’arête de son cou


Pendu tête en bas
Dans la mêlée du troupeau
Porteur d’une l’alliance

Réduit au maquis étanche
On tranche un chemin
Au gras de la connexion

Qui relie tous les points
Machette ensanglantée
Cousue à la dernière main

Pourvu que ça déchire
Au fil de la chair
Soudée aux éclats

Agrippé à rien
Rien qui ressemble
À de la fin en soi

Obligé d’oublier
Le début déjà
Mes milles excuses

Portés disparus
Au cap de la foudre
Nous touchons à l’union

Caressant la catastrophe
En avant la cornemuse
Et les pétards d’artifice

Le désir est une parade
Qui de dissout en jeune fille
Dans la foule du souvenir

Plein gaz vers le mur
Pourvu que ça change
À l’arête de son cou


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Guimond 494 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines