Magazine Cinéma

[test] bulletstorm

Par Evilredfielduniverse

[TEST] BULLETSTORM

Développé par People Can Fly
Edité par Epic Games
Genre : FPS (sévèrement burné)
Sorti le 24 Février 2011
Plateformes : Xbox 360, PS3 et PC

Après Painkiller, People Can Fly nous invite à une débauche de front kick, une rafale de balles en pleine tête, un défilé de violence à outrance… Bienvenue dans BulletStorm !

Atterissage sur Stygia !

Bulletstorm est un FPS vous mettant dans la peau de Grayson, un mercenaire voulant faire la peau à son ancien colonel, un vil brigand qui lui a fait tuer des innocents (à son insu évidemment…). Grayson et son équipe, dans une ultime tentative pour évincer le méchant, se crashent sur Stygia, une ancienne colonie, dont les autochtones n’ont pas l’air d’avoir évolué façon bisounours

Si Bulletstorm ne fait pas dans la grosse originalité question scénario, il a au moins l’avantage d’avoir un univers qui lui est propre. Le scénario convenu n’est pas exempt de clichés, et il tente d’allier sérieux, humour, et un chouia d’émotion… avec plus ou moins de réussite.

Concernant les modes de jeux, le soft de People Can Fly en propose 3. Un solo classique qui se finit en 7-8h , un mode Echo, dédié au scoring, qui reprend des segments de maps de la campagne, et un mode multi appelé Anarchie. Ce dernier, jouable en ligne à 4, vous impose de repousser des vagues d’assaillants le tout dans une (petite) map fermée, qui sont au fabuleux nombre de … six. Petit contenu solo, petit contenu multi, c’est à penser que l’on aura droit à un ou des futur(s) DLC pour compenser…

[TEST] BULLETSTORM
Ahhh… deux grosses brutes devant un couché de Soleil…

Les skillshots ou comment fragguer avec style (ou pas…).

Bulletstorm est un FPS disais-je, dans la pure lignée des FPS scriptés. Peu de liberté, on suit un chemin prédéfini, dans un level design fermé, en étant prisonnier du scénario et des scripts. Classique des FPS habituels donc. Ce qui va différencier Bulletstorm des autres jeux, c’est son gameplay unique en son genre.

En effet, Bulletstorm amène la notion de skillshot, qui n’est autre qu’une manière unique de tuer votre ennemi. Pourquoi tuer en utilisant uniquement votre arme, alors que vous avez la possibilité d’utiliser le décor pour écraser, empaler, exploser… votre opposant. A cela, ajouter à Grayson un lasso magnétique, vous permettant d’aller chercher un ennemi hors de portée, et surtout, un coup de pompe, que n’aurait pas rénié un certain Duke, qui repousse l’ennemi au ralenti tandis que vous vous déplacer à vitesse normale. Cumulez lasso, coup de pied, et arme, pour des skillshots uniques. Il y en a 131. De quoi faire !

Les skillshots vous apportent des skillpoints, vous permettant d’acheter et de customiser vos armes, celles ci possédant une charge, sorte de tir secondaire, très puissante. Le scénario du jeu va même jusqu’a justifier le fait de faire des skillshots. Je vous laisserai le soin de le découvrir…

[TEST] BULLETSTORM

Les skillshots portent bien leurs noms.

Un festival de sales gueules…

On sent la patte Epic derrière la réalisation, le jeu faisant clairement penser à un certain Gears of War. Des gros muscles, des mecs couillus aux dialogues bourrés de testostérones, une grosse rasade de violence visuelle et verbale, et surtout beaucoup d’humour (que l’on appréciera ou pas…).

Bulletstorm est graphiquement réussi, alliant level design parfois très inspiré, et effets lumineux de toutes beautés. Le moteur est l’Unreal Engine qu’on ne présente plus, mais qui montre ses faiblesses comme l’affichage parfois tardif des textures. La modélisation des visages est dans l’ensemble réussie et les monstres sont tous plus moches les uns que les autres.

Les musiques flattent les oreilles même si elles ne sont pas inoubliables. Quand aux voix, on est en plein film de série B, les personnages alignant les punchlines. Les acteurs français sont plutôt bons et dans le ton (du second degré).

[TEST] BULLETSTORM

Chaque arme à une charge permettant un tir dévastateur…

Conclusion : Bulletstorm, sans être un chef d’oeuvre, reste un bon FPS, ultra dynamique et nerveux, qui à le mérite de se distinguer de la concurence, par son gameplay original. Reste des défauts de durée de vie, désormais inhérent à ce type de jeu, et un multi oubliable. Néanmoins, on ne s’y ennuie pas, et on passe un (très) bon moment.


[TEST] BULLETSTORM

[TEST] BULLETSTORM

Share

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Evilredfielduniverse 466 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog