Magazine Séries

(Mini-série UK) Mad Dogs : descente aux enfers sous le soleil de Majorque

Publié le 01 avril 2011 par Myteleisrich @myteleisrich

mini-serie-uk-mad-dogs-descente-enfers-sous-s-L-Krt4sa.jpeg

Poursuivons le bilan des dernières semaines du petit écran britannique en revenant aujourd'hui sur une fiction qui était très attendue - en raison du casting annoncé - : Mad Dogs. Comportant 4 épisodes d'environ 45 minutes chacun, cette série a été diffusée du 10 février au 3 mars 2001 sur Sky One. Elle s'inscrit dans la politique suivie par cette chaîne visant à s'imposer dans le paysage des fictions télévisées outre-Manche. EDIT : Initialement conçue comme une mini-série, la commande d'une saison 2 lui permettra de poursuivre plus avant l'expérience narrative initiée.

Assez indéfinissable dans son genre, empruntant au buddy show comme à la fiction de gangster, Mad Dogs peut sans doute être rapprochée par son esprit d'un film comme Sexy Beast. Cependant si elle cultive une ambiguïté dans ses tonalités qui se révèle proprement rafraîchissante, elle laisse aussi le téléspectateur sur une impression assez ambivalente à la fin.

mini-serie-uk-mad-dogs-descente-enfers-sous-s-L-1AEEU9.jpeg

C'est sous le chaud soleil de Majorque, dans un cadre paradisiaque et coloré, que Mad Dogs s'ouvre, nous présentant les retrouvailles de vieux amis qui se connaissent depuis toujours, à l'initiative d'un des leurs, Alvo. Ce dernier a si bien réussi qu'il se propose de fêter déjà sa retraite et les a donc invités pour passer quelques jours dans sa luxueuse villa espagnole.  La quarantaine passée, chacun en est au stade de sa vie où l'on dresse un premier bilan de sa vie, ayant connu réussites et revers de fortune. Leurs situations familiales et professionnelles sont très diverses, mais pas vraiment au beau fixe. Ce qui fait que Baxter, Rick, Woody et Quin sont a priori très heureux de cette opportunité de changer d'air, pour permettre en plus de renouer des liens d'amitié qui ont pu se distendre avec le temps.

Malheureusement ils vont vite déchanter. Car Alvo, avec les arrières-pensées qu'il pouvait nourrir en leur demandant de venir et les origines floues de sa mystérieuse fortune, va les entraîner dans un engrenage dangereux rapidement hors de contrôle. La promesse de vacances paradisiaques s'efface alors, le séjour se transformant en véritable cauchemar. Plongés dans des histoires dont ils ignorent tout, entre mensonges, meurtres et trafic de drogue, voilà nos quatre amis confrontés à un tueur Tony Blair-isé, l'ombre menaçante de la mafia serbe, voire même une police corrompue : s'en sortiront-ils indemnes ? Mais l'enjeu est peut-être ailleurs : leur amitié survivra-t-elle à ces épreuves ?

mini-serie-uk-mad-dogs-descente-enfers-sous-s-L-GYQGlh.jpeg

Mettant en scène l'éprouvante descente aux enfers de ses quatre personnages principaux, Mad Dogs apparaît tout d'abord comme un thriller psychologique relevé assez fascinant par la dynamique implacable qu'il crée. Sans forcément innover dans les thématiques qu'elle investit, la série retient en effet l'attention du téléspectateur par sa capacité à mêler les genres, empruntant tant aux codes narratifs des fictions de gangsters qu'à celui des huis clos où la tension va croissante et où la cohabitation semble destinée à finir par dégénérer à tout moment. En nous plongeant dans une spirale infernale à l'issue de moins en moins certaine, Mad Dogs se construit par et grâce aux ruptures inattendues qui jalonnent son récit. Si le suspense ainsi généré offre un fil rouge opportun, il convient cependant de relativiser sa réelle importance : entièrement dédiée à ses personnages, la série leur sacrifie une partie de la consistance de sa trame.

En effet, au fil de la progression de l'intrigue, les péripéties mafieuses des personnages ressemblent de plus en plus à un prétexte, plus ou moins bien négocié, à l'artificialité parfois évidente. Car la priorité de Mad Dogs est ailleurs : elle se situe dans la mise en scène des réactions de ses protagonistes face une tension croissante. Quels effets les évènements vont-ils avoir sur leurs intéractions ? Au fond, on en viendrait même à penser que la cause réelle de cet engrenage importe peu : qu'elle ait des accents gangster ou autre, ce que veut la série, c'est poursuivre une oeuvre méthodique de déstabilisation, en poussant chacun dans ses extrêmités. Et elle y parvient de façon plutôt convaincante.

mini-serie-uk-mad-dogs-descente-enfers-sous-s-L-vBnHYh.jpeg

Ce jeu du révélateur d'une nature humaine ambigue est un parti pris scénaristique qui va constituer tant l'attrait que la limite structurelle de Mad Dogs. Négociant avec brio une dimension humaine qu'elle place en son coeur, la série marque par ces marquantes scènes d'amitié ambivalente, au cours desquelles les rancoeurs se mêlent à un affectif jamais démenti. Quoi de plus pimenté et finalement intrigant que cet étonnant paradoxe constitué par ces explosions où chacun échange ses quatre vérités, parfois de manière particulièrement vicieuse, mais sans que la fondation même de leur amitié puisse être atteinte. Chaque fois qu'une nouvelle confrontation a lieu, le téléspectateur s'interroge : jusqu'où leurs liens peuvent-ils tenir ? Au final, c'est dans ce portrait assez atypique, un brin désillusionné, mais pourtant juste et sincère, des paradoxes de l'amitié, que réside une bonne partie du charme indéfinissable de Mad Dogs.

Cependant, cette dimension humaine ne parvient pas toujours à contrebalancer les faiblesses de la série sur le fond. La résolution bâclée sur laquelle se conclut cette saison, après avoir essayé de construire les bases plus ou moins scolaires du thriller, laisse un arrière-goût mitigé. Plus les choses dégénèrent, plus le côté parachuté des rebondissements semble évident. Si bien que ce fil rouge donne de plus en plus l'impression de sonner creux, le quatrième épisode étant sans doute le plus flagrant sur ce point. Toute l'attention des scénaristes est concentrée sur la tension psychologique qui monte, le reste n'est qu'anecdote, plus ou moins réfléchie et travaillée, pour permettre ce type de développements. Il est donc difficile de ne pas ressortir assez frustré par cette impression de vide dans l'histoire en elle-même.

mini-serie-uk-mad-dogs-descente-enfers-sous-s-L-CKacPK.jpeg

Sur la forme, la série joue beaucoup sur son cadre assurément dépaysant et sur le contraste entre les quelques paysages paradisiaques qu'elle nous propose à l'occasion et le cauchemar autrement plus concret dans lequel elle plonge les personnages. Les teintes colorées des images sont en tout cas un écho parfait à ce chaud soleil de Marjorque dont on finit forcément par rêver. Un voyage donc agréable.

Enfin, terminons sur l'atout le plus important de Mad Dogs, ce qui lui permet justement de survivre et de s'imposer grâce à ses personnages : son casting. Il réunit des noms dont la seule lecture suffit a priori à mettre des étoiles plein les yeux du téléspectateur familier du petit écran britannique. Cette série a été faite pour leur donner l'opportunité de travailler ensemble, cela se voit, mais les performances d'ensemble achèvent de balayer les dernières réticences du téléspectateur. Pensez donc : qui pourrait rester insensible et passer son chemin sans sentir sa curiosité éveillée devant un tel casting alléchant, où l'on retrouve John Simm (State of Play, Life on Mars, The Devil's Whore), Marc Warren (State of Play, Hustle, Mutual Friends), Philip Glenister (State of Play, Life on Mars, Ashes to Ashes) et Max Beesley (The Last Enemy, Survivors, Hotel Babylon) ? En ce qui me concerne, j'avais perdu la bataille de la curiosité dès l'annonce du projet. De plus, notons qu'ils sont efficacement secondés au début par Ben Chaplin, puis par Maria Botto.

mini-serie-uk-mad-dogs-descente-enfers-sous-s-L-C99AOC.jpeg

Bilan : Au-delà du mélange des tonalités et des genres qu'elle propose, Mad Dogs apparaît avant tout comme une fiction sur l'amitié et les ambiguïtés inhérentes à ces liens humains. Si elle réussit plus dans cette dimension psychologique qui interpellera plus d'une fois le téléspectateur, que dans ses ambitions un peu creuses de thriller, la série bénéficie dans l'ensemble d'une dynamique attrayante grâce à des personnages (efficacement portés par son casting) auxquels elle doit tout. Au final, assez atypique dans notre petit écran, elle mérite probablement un coup d'oeil, en étant bien conscient de ses limites inhérentes.


NOTE : 6,25/10


La bande-annonce de la série :



Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Myteleisrich 787 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines