Magazine Livres

"Mon amour bleu" par Edith Piaf

Par Ghostwriter

Les Editions Bernard Grasset publient « Mon amour bleu » par Edith Piaf.

  

  Il s’agit des lettres inédites qu’Edith Piaf adressa à son « amour bleu », Louis Gérardin.

Il était champion cycliste et elle l’aima à la folie. Leur histoire d’amour eu lieu après la mort de Marcel Cerdan.

 
Edith et Marcel

   De cette correspondance, on ne lira que les lettres qu’Edith lui envoya.

Comme Marcel Cerdan qui fût le grand amour de la Môme, Louis Gérardin était un athlète.

Un petit rappel pour dire que Marcel Cerdan a disparu le 27 octobre 1949 dans l’avion qui le ramenait vers Edith Piaf. C’est en souvenir de lui qu’elle chantait l’ »Hymne à l’amour », car elle pensait qu’elle ne se remettrait jamais de cette mort tragique. Elle s’est finalement relevée en s’appuyant tour à tour sur Tony Frank, Eddie Constantine et André Pousse. Puis, Louis Gérardin est entré dans sa vie. Edith Piaf est folle de lui, littéralement sous l’emprise de cet homme marié, qu’elle supplie de divorcer. Elle veut bâtir une maison, lui donner un enfant, lui offrir sa fortune, monter une affaire. Elle lui promet de ne plus toucher à une goutte d’alcool.

Les semaines passent et Girardin ne se libère toujours pas, bien au contraire, il semble fuir.

Edith Piaf rampe plusieurs mois aux pieds de cet homme, tout au moins, jusqu’au 29 juillet 1952, date à laquelle elle épouse le chanteur Jacques Pills.

Edith Piaf et son mari Jacques Pills

Quelques extraits de lettres :

"Monsieur Ma Merveille

Rue du bonheur

A Amour Eternel

(Paradis)

Le 15 novembre 1951

Mon amour si beau,

Ce soir je veux bavarder avec toi, te dire mon doux chéri comme je suis heureuse grâce à toi ! Jamais je ne me suis sentie si bien, si près du bonheur complet, tout commence et finit par toi, toi ! Toi ! toi ! ! ! ! Qu’aucun doute jamais ne t’effleure, je serai à la hauteur de notre amour qui sera grand comme l’amour ! Je t’aime de toute la force de mon âme de mon cœur et de ma peau, il n’y aura rien derrière toi, je veux que tu sois l’unique ! Demain, je veux chanter pour toi seulement, je veux exister pour toi et par toi. Je veux que tu sois mon maître et que rien ne puisse se faire sans ton accord. Mon amour, je vais te rendre heureux, je le sens, je le sais et j’en suis sûre. Aie confiance en moi et tu verras que tu avais raison. Je t’aime mon grand, mon amour, toute ma vie. (…)

Boulogne s/Mer le 15 janvier 1952

Mon amour bleu,

(…)Es-tu vraiment heureux ? Ne regrettes-tu rien ? T’ais-je apporté tout ce que tu espérais ? N’es-tu pas déçu ? Pour moi, mon amour, tu m’as tout donné, l’envie de vivre de toute la vie, tu as guéri une blessure pourtant bien profonde, tu as touché le fond de mon désespoir avec toute la délicatesse et tu m’as redonné confiance en moi ! Mon Chéri, je pense te dire aussi que jamais aucun homme ne m’as prise autant que toi, et je crois bien que je fais l’amour pour la première fois. (…) Eh, j’en arrive à devenir sensuelle ! (…)

Bonsoir mon Amour bleu. Toi sur moi.

Jeudi 6 février 1952

Mon adoré,

(…) Grâce à toi mon avenir est bleu, que serait-il advenu de moi sans toi, je ne crois pas que ce soit le bonheur et quel déséquilibre, plus j’allais et plus je courrais vers la catastrophe, tu m’as repêchée à temps, tu vas voir mon chéri comme je sais être presque la première dans ce que je fais, j’ai fait le serment à l’Eglise que si tu venais je ne toucherais plus jamais un verre d’alcool de ma vie, que je t’écouterais aveuglément et que devant Dieu je t’appartiens, c’est toi qui partiras mais jamais moi et jamais je ne te tromperai ni moralement ni physiquement. Tu es mon obsession, c’est ta voix, tes mains, tes yeux, ton corps, ta peau, ta façon de parler, ton rire, ton odeur, tes gestes, tes réactions, ta façon de vivre, de penser, ta façon de conduire, tout ce que tu fais, je trouve ça merveilleux et j’en passe… !... (…)

18 juin 1952

J’ai attendu vraiment ton coup de fil, c’est toi qui décide ! J’avais beaucoup de choses à te dire, mais vraiment je suis incapable de les écrire, je suis découragée et écœurée ! Si tu veux me revoir ou téléphoner, tu sais que je reste à ta disposition comme je l’ai toujours été. Tu as toujours tout fait pour me perdre et tu continues (…) Je vais partir le plus longtemps possible mais Toto je te supplie que quoi qu’il arrive tu n’auras qu’un signe à faire je serais toujours là ! Ma peine est grande tu sais ! Je t’aime de toute mon âme et de tout mon cœur et je resterai toujours.

Ton petit bout

New York le 18 septembre 1952

Toto,

Quand tu recevras cette lettre je serai mariée, et je dois être honnête envers Jacques et envers toi, je le fais de tout cœur et suis heureuse de le faire, je t’ai averti mille fois que tu allais me perdre mais tu n’as jamais réagi alors ce qui devait arrivé est arrivé ; c’est qu’à force de vivre près de quelqu’un qui est tendre, gentil et plein d’intention on se laisse prendre et je dois avouer que j’aime sincèrement Jacques ! Je ne veux pas m’étendre sur ce sujet ni sur nous, que peut-on faire devant la réalité ? Tu as pris tes risques, tous tes amis et les nôtres ton averti, mais tu n’as rien voulu entendre ! Je souhaite de tout mon cœur que tu n’aies pas de peine, je te sais fort et homme ! J’espère rester de tout cœur ton ami ! (…) Toto, je voudrais vraiment rester ton amie et sache que tu peux compter sur moi dans n’importe quelle circonstance ! Pour la dernière foi je signe :

Ton petit bout"

Mon amour bleu, par Edith Piaf, Grasset, 340 pages, 20 euros,

En librairie le 30 mars.

© Grasset

Pour Mémoire : Edith Piaf est née à Gassion le 19 décembre 1915.

Parmi ses plus grands succès, on compte : « La vie en rose », « Non, je ne regrette rien », « Hymne à l’amour »…

Elle est morte à Grasse le 11 octobre 1963, le même jour que Jean Cocteau.

 
____________________________Voici le lien vers mon site pour retrouver cet article :

https://sites.google.com/site/ecrivainfantome/l-amour-bleu-d-edith-piaf


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

Magazine