Magazine Voyages

Phnom Penh, 7 avril 1993

Publié le 07 avril 2011 par Safran
CAMBODGECe pays nous tient à cœur parce que nous y parrainons une petite fille. Nous allons essayer de lui rendre visite. La situation politique et militaire est précaire : l’ONU y prépare des élections libres pour le mois de mai, les Khmers Rouges font régner un climat d’insécurité amplifié par la presse .

Sur la quarantaine de passagers du vol Bangkok-Phnom Penh, nous sommes les deux seuls touristes, les autres sont des Cambodgiens, des Thaïlandais ainsi qu’une délégation nigériane en complet-veston envoyée par l’ONU.Alors autant le dire tout de suite, l’ONU est partout présente au Cambodge, formant ce que l’on appelle l’UNTAC en anglais - United Nations Transitory Authority in Cambodia - ou l’APRONUC en français.
Ça commence dès l’aéroport avec les hélicos, les avions de transport de troupes et de matériel lourd portant tous un grand sigle UN. Ensuite, on remarque un grand nombre d’hommes à béret bleu, un talkie-walkie à la main.
Quand tu t’approches un peu, tu peux lire leur nom sur un badge épinglé sur la poitrine, et connaître leur pays dont le drapeau est brodé sur la manche gauche.

En attendant nos bagages, le premier UNTAC que l’on voit, paf ! c’est un Français. Il porte le doux nom de Béchard, son badge dit qu’il est le chef du Movcon (?). “Alors chef, elle est comment la situation ici ?” Résumé de la réponse : pas de problème dans la capitale, mais mieux vaut être rentré avant 22 heures. À Siem Reap, les forces de police ont été renforcées à la suite des derniers raids des Khmers Rouges, les visiteurs sont donc bien gardés. Et puis, ils ne tirent pas sur n’importe qui les Khmers Rouges, jamais sur les touristes en tout cas !

Ses paroles me soulagent. Je m’aperçois que depuis quelques jours j’étais un peu tendue à l’idée de venir ici.


Après nous être installés dans THE hôtel des routards, le Capitol, nous partons vers le bureau de l’association “Les Enfants d’Angkor” situé à l’Hôtel Renakse, près du palais Royal : nous aimerions en effet rencontrer la petite Sok Hen Sin que nous parrainons depuis quelques années. Après une entrevue avec la représentante locale de l’association, la visite est fixée au 16. Voilà une bonne chose de faite, nous allons pouvoir visiter Angkor entre-temps.En rentrant, nous voyons passer Boutros Boutros Gahli et son escorte. Il est en effet également arrivé ce matin à Phnom Penh, ce qui occasionne un déploiement de forces armées tout autour du palais Royal.
Phnom Penh, 7 avril 1993

Aujourd’hui s’est ouverte la campagne électorale, et l’on voit fleurir les affiches de vingt partis. Chacun est représenté par un logo, par exemple, une poignée de mains, un éléphant ou une balance, pour que tous puissent voter, même sans savoir lire. À suivre…
Phnom Penh, 7 avril 1993

Sachez que Chirac fait aussi sa campagne électorale ici ! Oui, la Mairie de Paris a offert à la Mairie de Phnom Penh des bennes à ordures vertes et blanches. Ils devraient les sortir plus souvent pour débarrasser les carrefours des monceaux d’ordures qui puent et attirent les rats pendant la nuit.


P.S. M. et Mme Lepetit-Dernier sont heureux de vous annoncer la naissance d'Agathe !

Retour à La Une de Logo Paperblog

A propos de l’auteur


Safran 276 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine