Magazine Santé

DISTILBÈNE: 2 cas de handicaps de 3ème génération en justice – Effets indésirables

Publié le 09 avril 2011 par Santelog @santelog

DISTILBÈNE: 2 cas de handicaps de 3ème génération en justice – Effets indésirablesLa cour d'appel de Versailles examinait le 7 avril, le cas de deux enfants nés de mères exposées au Distilbène in utero, dits de 3ème génération. La première victime, fils d'une mère chez qui l'exposition in utero avait provoqué une malformation utérine est né grand prématuré et souffre aujourd'hui d'un loud handicap. Le laboratoire UCB Pharma qui invoque l'absence de données scientifiques à l'époque de l'exposition, ce qui est contesté par les victimes, pourrait être contraint d'avoir à prouver l'absence de lien de causalité entre le DES et ses graves effets indésirables.


Bien qu' interdit dès 1971 aux Etats-Unis, le diéthylstilboestrol (DES) n'a été contre-indiqué qu'en 1977 en France.Le DES est un œstrogène de synthèse  prescrit dès les années 40 et jusque dans les années 70, en cas de risque de fausse couche. Ce médicament a été commercialisé en France sous les marques Distilbène® et Stilboestrol-Borne® jusqu'en 1974. Dès 1953 cependant, une étude clinique américaine constatait que le DES ne diminue pas l'incidence des accidents de grossesse mais favorise les accouchements prématurés. L'INSERM, a publié une étude en 1983 qui estime qu'en 1964, le DES était encore utilisé dans 1,2% des naissances.


3 générations de femmes:En 2003, l'Afssaps a publié un point sur les complications génitales et obstétricales observées chez les personnes exposées au D.E.S. in utero dont des cas de cancer du vagin, des anomalies du col utérin et des troubles de la fertilité… Les patientes exposées pourront être confrontées à ces complications jusque dans les années 2015.


3 générations d'hommes: La même mise au point de l'Afssaps fait référence aux malformations génitales des fils de mères exposées au DES. Une étude récente du CHRU Lapeyronie à Montpellier, parue dans la revue scientifique Fertility and sterility a également confirmé récemment l'incidence plus élevée, de 30 à 40 fois supérieure, des malformations génitales et notamment de l'hypospadias, une forme d'anomalie du pénis chez les fils et petits fils de mères traitées par le Distilbène (DES) pendant leur grossesse.


Près de 25.000 femmes exposées in utero ont entre 33 et 43 ans : les complications des grossesses resteront donc d'actualité jusqu'en 2020 environ.


Sources: DES France, Afssaps mise au point (14/01/2003), CDC « About DES » Réseau Chu et Fertility and Sterility, 2011, In press. “Incidence of hypospadias in grandsons of women exposed to diethylstilbestrol during pregnancy: a multigenerational national cohort study” American Society of Reproductive Medicine. HHORAGES-FRANCE pour en savoir plus “Men Exposed to DES Before Birth (in the Womb), Known as DES Sons” (CDC)


DISTILBÈNE: 2 cas de handicaps de 3ème génération en justice – Effets indésirables
Accéder aux actualités sur le distilbène, à l'Espace Recherche


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine