Magazine Design et Architecture

Siem Reap, 11 avril 1993

Par Safran

Siem Reap, 11 avril 1993

Une des porte d'Angkor Thom


Nous repartons vers Angkor, bien décidés à ne pas payer l’entrée, car il est de notoriété publique que l’argent reste dans la poche des gardiens. Les solutions ne manquent pas : on peut passer la barrière avant 6 heures du matin, heure d’ouverture officielle du site au lever du soleil, ou passer dans un flot de circulation car la route d’Angkor est utilisée par tous les habitants de la région.Mais il est déjà 8 heures, nous sommes seuls sur la route, on nous voit arriver de loin !Alors tentons notre joker : le petit chemin à droite dont on nous a déjà parlé à Bangkok et à Saïgon. “Mais quel petit chemin ? Nous en avons déjà vu trois !”- Regarde, celui-là, avec toutes ces traces de roues dans la terre, allons-y, dit François.On se prend la poussière, le sable, les trous, les bosses, les broussailles. Je n’en mène pas large… et soudain nous sortons de notre boyau de végétation sur le côté d’Angkor Wat. Ouf !

Siem Reap, 11 avril 1993

Avalokitesvara au Bayon

Siem Reap, 11 avril 1993

Devata au Bayon


Siem Reap, 11 avril 1993

Bas-relief au Bayon


Nous commençons par le Bayon, avec ses célèbres têtes au sourire énigmatique. La pierre est malade, la moisissure et le lichen gagnent de tous côtés, mais l’atmosphère est calme et sereine. C’est de près que le Bayon est beau, il faut prendre son temps, admirer la délicatesse des bas-reliefs d’apsaraset de devatas, et la force tranquille des visages aux yeux fermés, représentant à la fois Avalokitesvara, le Bouddha, et Jayavarman VII le roi mystique qui fit construire cet ensemble.

L’après-midi, direction Angkor Wat, sans doute le plus connu de tous les temples. Malgré les fêtes du Nouvel An khmer, les Cambodgiens sont peu nombreux : “Nous avons peur, c’est pourquoi nous préférons rester chez nous,” nous dit l’un d’eux, “d’habitude c’est plein de monde ici !”Même impression que la première fois : le temple manque de relief et sa couleur grise est triste, mais le soleil qui commence à baisser éclaire maintenant les extraordinaires bas-reliefs de la façade ouest qui font le tour de l’enceinte sur 800 mètres. Le Ramayana et le Mahabharata méritent bien ça !


Siem Reap, 11 avril 1993

Bas-relief à Angkor Wat


Siem Reap, 11 avril 1993

Fenêtres et toit d'une galerie d'Angkor Wat


Tiens, une grenouille dans la chambre !

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Safran 276 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte