Magazine Humeur

Pirate

Publié le 11 avril 2011 par Jlhuss

vincent-van-gogh-l-orage-n-1515787-0.1302503741.jpg

[Van Gogh : l’orage]

Il est tombé du ciel, celui-là, avec le tonnerre et les éclairs, le vent et la pluie, deux petites ailes repliées sur son dos trempé.
Il ne savait pas marcher et n’arrêtait pas de courir après l’amour des hommes ; ce fut celui d’une femme. Ses ailes lui en tombèrent, le poil se mit à pousser.
De l’ange, il ne restait plus que le cœur, les yeux et des oreilles à mettre au rebut toutes les antennes paraboliques du Nouveau-Mexique.

drathar-photo.1302463416.jpg

Aussi fallait-il ruser et se faire violence pour parfaire son éducation, tout chérubin qu’il était.

Ce n’est pas qu’il mangeait salement, mais du tonnerre avait gardé la voix dès qu’elle s’approchait trop près. Un soufflet  bien placé et les roulements furent aussi vite avalés que la soupe.
Il ne supportait pas non plus qu’elle prenne une douche. Probablement une phobie de l’eau héritée de son parachutage ou peut-être l’angoisse à l’idée d’être seul au sec.
Il fonçait alors sur le premier rouleau de papier toilette qui passait par là et le déchiquetait à mort.
Elle laissait couler l’eau, rentrait sans bruit dans la pièce du massacre, observait cette scène du troisième type et devait sévir. Surpris, ne sachant d’où provenait la colère de Zeus, jamais plus les rouleaux ne connurent un tel sort.

Il y a bien eu un coin de table, un pied d’armoire, une couverture de livre…il devint tout de même rapidement un adorable ange gardien.
Il serait puce qu’il s’implanterait sous sa peau. Mais il est gardien céleste et fait tout ce qu’il peut, avec ses yeux et ses oreilles pour la suivre de tout son cœur et n’en être séparé que par la volonté de la Très-Haute. La Très-Haute ? C’est sa voix quand elle ordonne, il ne reste plus qu’à l’écouter et garder confiance.
Féroce gardien ? Cela va de soi, on n’en est pas moins ange.
Ne surtout pas lui dire qu’il est beau !… une vraie fontaine d’émotions s’écoulera non pas de son regard mais… « Piirrate » !!
Vous n’aurez pas sa photo. Il prend l’air bête et part se cacher. Elle a beau lui expliquer que ce genre d’appareil ne peut voler son âme, blotti crispé derrière un fauteuil, il n’est pas convaincu.

Bientôt douze printemps qu’il prit d’assaut le navire ; pour le meilleur et pour le pire.
Le soir à la veillée sous la caresse, elle retrouve dans son poil, là, sur son dos, deux petites ailes repliées qui attendent le signal du retour, pour la quitter peut-être, la retrouver toujours.

Fan


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Jlhuss 148 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines