Magazine Politique

"Seul contre tous, Laurent Gbagbo résiste et n'a perdu aucun de ses bastions. Malgré l'aide de l'ONU et de la Licorne, l'armée de Ouattara est à la peine" (La Tribune de Genève)

Publié le 11 avril 2011 par Geo-Ville-En-Guerre @VilleEnGuerre
Article paru aujourd'hui dans la Tribune de Genève (version papier) sur la situation à Abidjan, par Leslie Varenne, journaliste free-lance qui travaille depuis de nombreuses années en Côte d'Ivoire. Publié avec l'aimable autorisation de la Tribune de Genève.
Seul contre tous, Laurent Gbagbo résiste et n'a perdu aucun de ses bastions. Malgré l'aide de l'ONU et de la Licorne, l'armée de Ouattara est à la peine. "Depuis onze jours maintenant, pro-Ouattara et pro-Gbagbo se livrent à une guerre urbaine dévastatrice. Onze longues journées pour une population manquant de tout, sauf de peur et d'angoisse. Tous prédisaient une fin rapide. Or, non seulement le Président sortant n'a rien lâché mais il semble qu'il ait réussi à renforcer ses positions. RTI, Présidence, résidence, camps militaires, tous les points stratégiques sont encore aux mains du Président sortant. Mieux, il ne se contente plus d'être en position défensive, il attaque. Ainsi, samedi, ses combattants ont tiré à l'arme lourde sur l'hôtel du Golf, QG de Ouattara. Comment expliquer cette résistance farouche ? « Gbagbo a préparé cette guerre. Il savait que ses militaires pouvaient être déloyaux. Il a constitué une armée bis et recruté des jeunes formés par les meilleurs éléments de ses forces de défense » explique un ancien ministre de la coalition pro-Ouattara. Cette armée parallèle est disséminée dans toute la ville. L'autre grande force de Laurent Gbagbo s'explique par la faiblesse de ses adversaires Une armée de bric et de brocSi l'armée de Gbagbo a enregistré nombre de désertions, ces militaires n'ont pas, pour autant, rejoint l'armée d'Alassane Ouattara. Pour constituer les Forces Républicaines de Côte d'Ivoire (FRCI) Guillaume Soro, son Premier ministre et ministre de la Défense, a été obligé de ratisser large. Les FRCI sont un conglomérat réunissant les anciennes Forces Nouvelles (FN) et de jeunes gens recrutés dans les villages du Nord du pays. Mais les FN ne sont plus ce qu'elles étaient au début des années 2000. Les chefs de guerre se sont reconvertis en businessman. Les jeunes recrutés sont inexpérimentés. La plupart n'avaient jamais quitté leurs villages. « Ils sont arrivés dans Abidjan, voyaient la ville et les immeubles pour la première fois. Ils ne connaissaient pas les rues et partaient au combat totalement tétanisés », explique cet ancien ministre. Selon une source militaire, « ils se sont fait tirer comme des lapins ». En prime, aucune logistique n'a été prévue et ces hommes partent à l'assaut le ventre vide. Selon des témoignages d'habitants, les FRCI se sont livrés à de nombreux pillages pour se nourrir. Dimanche, Les avocats de Outtara, ont demandé l'aide de l’ONU et de la Licorne et appelé : « à éliminer sans délai les armes lourdes et à neutraliser les miliciens à la solde de Laurent Gbagbo ». Dimanche après-midi, l’Onu et Licorne tiraient sur le palais et la résidence de Laurent Gbagbo : « Au cours des trois, quatre derniers jours, on a constaté une utilisation de ces armes lourdes contre les populations civiles et les Casques bleus. Les tirs contre le siège de l`ONUCI ont continué, d`où la nécessité de réagir pour protéger les populations civiles conformément à notre mandat" » a déclaré le porte-parole de l'ONU en Côte d'Ivoire".     Leslie Varenne, lundi 11 avril 2011, La Tribune de Genève.  

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Geo-Ville-En-Guerre 1392 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines