Magazine Journal intime

Ma kyusu faite main... juste le mérite d'être la première et Sencha avec vu sur le Mont Fuji

Par Vanessav
Lors d'une séance d'initiation à la poterie, j'avais été conviée à l'atelier de raku de ma tante. Avec elle, j'avais façonné ma première argile.
Ma kyusu faite main... juste le mérite d'être la première et Sencha avec vu sur le Mont FujiEst-ce par manque d'humilité? Est-ce par manque d'inspiration (ou plutôt par inspiration trop ciblée), j'avais eu envie de faire une théière (sans tour de potier). Comme une kyusu ouverte, j'avais d'ailleurs pris modèle sur le net sur celle qui depuis est arrivée à la maison (photo ci-dessus).
Ma kyusu faite main... juste le mérite d'être la première et Sencha avec vu sur le Mont FujiJ'avais étudié cette poignée latérale : l'angle, vu du dessus, entre le bec verseur et la poignée entre 60° et 90°; l'angle vu de côté (de profil) entre le support (table) et la poignée que je souhaitait entre 30° et 40°. Du côté esthétique, je la voulais sans couvercle, un peu oblongue, pas forcément aux rebords arrondis et avec de nombreuses matières:
Ma kyusu faite main... juste le mérite d'être la première et Sencha avec vu sur le Mont Fujides rayures pour que les pigments et le glaçage adhèrent moins, du noir brut (terre enflammée) et des coulures. Ma kyusu faite main... juste le mérite d'être la première et Sencha avec vu sur le Mont FujiJ'avais envie d'une poignée très large permettant de faire pied comme sur cet exemple ou comme celle de Chiyo ARAE et d'un bec verseur droit.
Ma kyusu faite main... juste le mérite d'être la première et Sencha avec vu sur le Mont FujiBon bien-sûr elle ne devait pas être aussi effondrée, le bec, plus haut avant séchage, devait pointer le ciel, les bords devaient se courber plus vers l'intérieur et puis l'intérieur a craqué et laisse une toute petite fissure. Et puis il y a le fait que ce fut la première. Je n'ai pas fait le raku moi-même, ma tante a eu la gentillesse de mettre les produits pour moi...
Ma kyusu faite main... juste le mérite d'être la première et Sencha avec vu sur le Mont Fujije la croyais moins sombre, aux coulures blanches ou grises (argentées ici) mais avec des giclée de couleurs. Là reste l'imprévu: le message émis par moi, la compréhension du message, le souvenir de celui-ci, l'expertise du raku et le raku lui-même.
Ma kyusu faite main... juste le mérite d'être la première et Sencha avec vu sur le Mont Fuji
L'art du potier. Mince alors que c'est difficile. D'une part la forme, monter les parois, lisser la matière. Mais pire encore les erreurs ont été très très bien "mises en valeur": je ne me suis pas contentée de mes premières formes et j'ai travaillé l'argile.... trop! Mes mains très chaudes rendaient la terre trop souple avec moins de tenue... à force de refaire, ma théière n'a jamais repris la forme voulue (et presque atteinte). L'exigence n'a pas les mêmes conditions dans l'art de manier la terre. Reprendre son ouvrage est sûrement dans l'art d'en faire un second.
C'est un exercice que j'aimerais plus fréquent: celui de me confronter à la matière, de la laisser dirigeante, de lui donner cette liberté... l'apprentissage aussi d'un recommencement, d'un départ du début. Ma kyusu faite main... juste le mérite d'être la première et Sencha avec vu sur le Mont FujiJe ne sais pas si un jour je l'utiliserais. Je vais bien-sur vernir l'intérieur de vernis alimentaire, bien-sur je vais colmater la fissure pour qu'elle ne coule pas, bien-sur je vais regarder l'écoulement du bec verseur. Bien-sûr j'en referais une autre! Et je n'ai aucune ambition d'être excellente sur le sujet, juste praticienne... allez quelques bols chawan en raku viendront c'est sûr sans ressemblés à ceux-là.
Mais parce qu'elle est arrivée dernièrement, j'avais envie de la regarder de près... et d'utiliser celle dont je rêvais la kyusu de Tokomane. J'ai sorti un Sencha Shimizu bio. J'aime l'idée qu'il est cultivé au pied du Mont Fuji, sur la côté sud de l'île de Honshu, au sud-ouest de Tokyo. Je ne le boirais pas dans un chawan raku présentant le Mont Fuji mais il sera savouré.
Ma kyusu faite main... juste le mérite d'être la première et Sencha avec vu sur le Mont Fuji*source caméra Le Mont Fuji de la province de Shimizu via
L'odeur des feuilles sèches est très fruitée, comme de fruits cuits. Les feuilles sont peu brisées et deviennent d'un superbe vert. L'infusion est presque fluorescente jaune/verte. Le goût est d'herbe coupée mais aussi presque sucrée. Très doux. Et puis j'ai aimé cette "bave" bulleuse de la liqueur.
Ma kyusu faite main... juste le mérite d'être la première et Sencha avec vu sur le Mont FujiBon, je n'ai pas fini de rêver aux théières japonaises comme celles-ci par exemple ou de rêver aux ustensiles japonais... regardez donc ce livre japonais et les autres là. Avec une pensée pour tous les japonais et pour ce pays si fascinant.

Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Vanessav 1193 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossier Paperblog