Magazine

Drôle de planète…

Publié le 12 avril 2011 par Lawrence Desrosiers

Tzoooouuum, meuhhhhh, cui-cui. Le TGV va passer sous vos fenêtres? Pas la peine d’en faire un plat. La future ligne à grande vitesse Londres-Birmingham sera à peine audible, assure le gouvernement britannique, qui invite les habitants à écouter une simulation du bruit auquel ils seront exposés. La création sonore du ministère des Transports présentée lors d’une exposition itinérante part d’enregistrements du TGV français, et intègre voix, chant d’oiseaux, mugissement des vaches, bruit de trains de marchandises et de voyageurs, indique The Daily Mail. Elle s’inspire des techniques utilisées pour peaufiner l’acoustique des opéras d’Oslo ou de Copenhague. Plus de 4 800 foyers sont concernés par le High Speed 2, indique la BBC, mais, à en croire le ministre des Transports, « à moins de tendre l’oreille, il sera difficile de distinguer le son du train du bruit ambiant. »

Les faux-monnayeurs recyclent. Une hôtesse de l’air qui bataille avec des bagages remplis de milliers de pièces de monnaie? Bizarre. C’est à l’aéroport de Francfort, début 2010, qu’a démarré l’enquête qui a abouti à l’arrestation en Allemagne d’un réseau de faux-monnayeurs. Leur matière première? Les tonnes d’euros usagés retirés de la circulation et vendus chaque année à des ferrailleurs par la Bundesbank. Ces pièces censément détruites sont souvent simplement séparées en deux, écrit le site du Spiegel : la partie centrale est dissociée de l’anneau extérieur. Les malfaiteurs faisaient reconstituer les euros en Chine avant de les réintroduire en Allemagne, avec la complicité d’employés de Lufthansa, et de les refourguer contre argent trébuchant à la banque centrale allemande. Quelque 29 tonnes de pièces reconstituées auraient été échangées entre 2007 et 2010, note le magazine. Montant de l’arnaque : 6 millions d’euros.

Vol de vélos : le grand fiasco. 3,2 millions de couronnes (429 000 euros) dépensés pour retrouver deux vélos volés : le projet antivol de la municipalité de Copenhague n’est pas très concluant. Quelque 18 000 bicyclettes sont dérobées chaque année dans la capitale danoise. Pour lutter contre ce fléau, la ville a distribué gratuitement aux cyclistes 5 300 puces électroniques à fixer à leur engin. Objectif : permettre aux contractuels, dotés de lecteurs GPS, de repérer les bécanes volées, la puce étant activée après le signalement du vol sur le site de la municipalité. Le résultat? Un fiasco. Rien de plus simple en effet que d’arracher le réflecteur arrière, qui renferme la puce. Sans compter que la formule n’a pas tenu compte du vol organisé. Les vélos les plus chers ne se retrouvent pas au coin de la rue, mais prennent le chemin de l’Europe de l’Est à bord de camions, comme le note le conseiller municipal Lars Dueholm. « A ce prix-là on aurait pu distribuer des vélos gratis – des vélos dorés », tonne un autre élu, Jacob Naesager. « On aurait pu mieux sabler les pistes cyclables l’hiver. » Le dispositif de l’ancienne maire Ritt Bjerregaard a été enterré. L’alternative un temps envisagée par la municipalité – des codes-barres autocollants pouvant être scannés par smartphone – a elle aussi été abandonnée. Copenhague compte un million de bicyclettes

Lu sur Courrier international

Lo x


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Lawrence Desrosiers 2123 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte