Magazine Culture

Il faut être un sacré dummkopf pour brûler le Coran

Publié le 12 avril 2011 par Copeau @Contrepoints

Les autodafés symbolisent de façon idéale le bellicisme tout empreint de complète ignorance, qui est derrière tant de mouvements autoritaires. Comme le criait le général fasciste Jose Millan-Astray, quand il était confronté à une idée qu’il n’aimait pas : ¡Muera la inteligencia! ¡Viva la muerte!

Sion Owens, un candidat du BNP (British National Party) du Pays de Galles, qui a été arrêté quand la police a découvert qu’il avait brûlé un Coran dans son garage, s’est comporté avec un narcissisme extraordinaire. Même les imbéciles de trolls du BNP qui infestent mon blog ne peuvent pas ne pas avoir remarqué qu’un exploit similaire a entrainé une série de meurtres en Aghanistan.

Ce qu’Owens a fait revient en fait à dire : « Mon droit de m’adonner à cette petite farce est plus important qu’une augmentation de la menace contre les intérêts ou les citoyens de mon pays« . Il avancerait sans doute l’argument qu’on ne peut pas lui reprocher quelque conséquence sanglante que ce soit, et, dans un certain sens, c’est vrai : toute revanche serait entièrement la responsabilité de ses auteurs. Et alors ? Au mieux, Owens cause une offence complètement inutile ; au pire, il cherche activement à provoquer une réponse violente. Cet homme est, de toute évidence — il n’y a pas moyen d’exprimer ça avec retenue — un con intégral.

Il faut être un sacré dummkopf pour brûler le Coran

(Illustration René Le Honzec)

Mais voilà, être un con intégral n’est pas une infraction pénale. Dans une société libre, nous devrions accepter l’excentricité jusqu’au point où elle tourne à la folie, le fait d’être désagréable jusqu’au point où ça tourne à l’intimidation, le fait d’être odieux jusqu’au point où ça tourne à l’incitation. Ce qu’a fait Owens, bien qu’excentrique, déplaisant et odieux, ne peut pas être taxé d’incitation.

Owens se voit accusé de trouble à l’ordre public. Pourtant, comment un acte accompli dans son propre garage peut-il être considéré comme un trouble à l’ordre public ?

D’après le surintendant Phil Davies de la police de Galles du Sud, « Nous adoptons toujours une approche extrêmement robuste face à des allégations de cet ordre, et nous trouvons cette sorte d’intolérance inacceptable dans ntore société« .

Vous pouvez très bien trouver ça inacceptable, Monsieur le surintendant, mais ça ne signifie pas que c’est illégal. Peut-être ressentez vous que ça devrait être illégal. Si tel est le cas, vous êtes libres de vous présenter au parlement et de soutenir une modification de la loi. Entretemps, votre boulot c’est d’arrêter des criminels, pas juste des gens que vous désapprouvez.

Comme le signale le blogueur Archevèque Cranmer, la police ne vient pas s’en mêler quand des écritures chrétiennes sont profanées. En fait, une bible vandalisée est même exposée à la gallerie d’art moderne de Glasgow, aux frais du contribuable. Ces deux poids, deux mesures me gênent cependant moins que la criminalisation d’une opinion, si idiote soit-elle. Certains autres pays combattent les idées fausses avec la force de la loi. Nous devrions les combattre avec la vérité.

—-

Repris du blog de Daniel Hannan hébergé par le Telegraph.


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Copeau 583999 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Dossiers Paperblog