Magazine Société

Quand c'est non c'est non !

Publié le 12 avril 2011 par Enzodaviolo

La méthode du double référendum déjà appliquée à l’Irlande par les pouvoirs financiers en place, qui consiste à faire revoter les citoyens lorsque le premier vote ne correspond pas aux intérêts des tout-puissants, vient de s’appliquer pour l’Islande, au sujet du remboursements des intérêts d’une dette de banque privée par les citoyens Islandais et que ceux-ci ne souhaitent pas payer.

La constitution Islandaise, bien plus protectrice du droit de vote des citoyens que le notre où lorsque le peuple dit Non par référendum, on le prive de son choix initial en réunissant le congrès pour passer outre, permet au président de la république d’utiliser son pouvoir constitutionnel pour passer par référendum toute question qu’il juge utile.

Et rebelote, le second résultat est le même, libérant du coup les menaces habituelles de libéraux contrariés faisant fi du choix plus que légitime d’un peuple de refuser de payer les dettes d’une banque privée. Mais nous sommes tristement habitué à ce genre de réthorique….

L’Islande est l’un des pays Européen qui a laissé ses banques sur le carreau, le président Islandais précisant que « La différence [avec l’Irlande] c’est qu’en Islande nous avons laissé les banques faire faillite. C’étaient des banques privées et on n’y a pas injecté d’argent pour les maintenir à flots, l’Etat n’a pas à assumer cette responsabilité. L’Islande se porte bien mieux qu’attendu».

La preuve s’il le fallait que tout n’est que volonté politique, l’indépendance réelle du président Islandais étant toute à son honneur, nos hommes politiques au pouvoir feraient bien d’en prendre de la graine, mais ne rêvons pas trop.

Effacer la dette n’est pas un leurre si le peuple le décide et qu’il est respecté. Les Banques privées doivent avant tout être au service des citoyens et non des actionnaires, leurs droits et leur pouvoir ne devraient donc se limiter qu’aux choix des citoyens.

Ainsi les activités spéculatives polluées vers lesquelles elles se sont orientées depuis tant d’années et qui les ont amené en 2008 à la faillite, ne doivent pas être supportées par les citoyens et transformer de la dette privée en dette publique, trop facile ! C’est en substance ce que le peuple Islandais vient de leurs rappeler.

Qu’elles soutiennent l’activité économique, c’est tout ce qu’on leur demande. Mais de cela il ne faut point en parler bien sûr…

Avez-vous entendu un média télévisuel rapporter cette décision du peuple Islandais qui mériterait pourtant un long débat de fond sur ce qui s'est passé chez nous?


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Enzodaviolo 23 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine