Magazine Santé

Un IMC dit "normal" à l’adolescence peut prédire un risque de DIABÈTE – New England Journal of Medicine

Publié le 12 avril 2011 par Santelog @santelog

L'indice de masse corporelle (IMC) à l'adolescence, selon qu'il se situe en bas ou en haut d'une échelle d'IMC considéré comme “normal”, est prédictif et du diabète de type 2 et des maladies coronariennes à l'âge adulte. Mais de manière différente lorsqu'il s'agit du diabète ou des maladies cardiaques. Fait remarquable, ce risque élevé est significatif à un IMC à 17 ans de 23,4 kg/m2 ou plus pour le diabète et à un IMC de 20,9 kg/m2 ou plus de maladie cardiaque, ces niveaux d'IMC restant dans une fourchette moyenne. Ces conclusions, publiées dans l'édition du 7 avril du New England Journal of Medicine contribuent à faire réfléchir sur ce qui constitue un IMC «normal» ou «sain» à l'adolescence et à mettre en évidence le rôle d'un IMC élevé à des âges différents de la vie dans le diagnostic des maladies chroniques.


Cette vaste étude de cohorte menée sur 37.000 adolescents âgés de 17 ans montre qu'un indice de masse corporel élevé (IMC) élevé, mais situé dans la fourchette des IMC moyens, constitue un facteur de risque important pour les troubles liés à l'obésité chez les jeunes adultes (âge 30-40). L'étude montre également que les niveaux d'IMC à l'adolescence ont des relations distinctes avec le diabète de type 2 ou avec les maladies coronariennes chez les jeunes adultes. Ces résultats ont été obtenus avec un IMC situé dans une fourchette définie comme normale.


Les chercheurs montrent que le développement du diabète est principalement influencé par l'IMC et le gain de poids récents. Toutefois, pour les maladies coronariennes, un IMC élevé à l'adolescence et un IMC récents sont 2 facteurs de risque indépendants. La progression naturelle de la maladie coronarienne est la conséquence d'une augmentation graduelle de l'athérosclérose pendant l'adolescence et l'âge adulte. L'équipe de recherche dirigée par le Dr Amir Tirosh (Women's Hospital et Harvard Medical School) et les Prs Iris Shai et Assaf Rudich de l'Université Ben Gourion du Néguev ont travaillé sur les données d'IMC sur une durée moyenne de 17 ans, de 37.674 adolescents. L'IMC moyen des participants a augmenté de 0,2 à 0,3 unités par an, pour atteindre un gain de poids moyen d'environ 15 kg entre les âges de 17 et 30 ans. Les chercheurs ont contrôlé les facteurs de risque multiples pour les deux maladies, dont l'âge, la glycémie à jeun, les lipides sanguins, la pression artérielle, le tabagisme, les habitudes d'exercice physiques et les antécédents familiaux.


Il estpossible de prédire un risque accru de développer un diabète et une maladie coronarienne, même si l'IMC se situe dans la fourchette normale (<25 kg/m2). Un IMC de 25 ou plus est considéré comme un cas de surpoids tandis que s'il est supérieur à 30 ou plus, comme un cas d'obésité. Selon cette étude, chaque augmentation d'une unité d'IMC a été associée à ~ 10% d'augmentation du risque de diabète de type 2 chez l'adulte jeune, et une augmentation de 12% du risque de maladie cardiaque. Fait remarquable, ce risque élevé est significatif à un IMC à 17 ans de 23,4 kg/m2 ou plus pour le diabète et à un IMC de 20,9 kg/m2 ou plus de maladie cardiaque. Pour le diabète, l'IMC à l'âge de 17 ans prédit le risque surtout lorsqu'il est associés à un IMC élevé plus tard dans la vie. Pour les maladies cardiaques, l'IMC à l'adolescence et l'IMC à l'âge adulte, sont 2 facteurs prédictifs, de manière indépendante, du risque de la maladie.


La partie visible de l'iceberg? «Nos résultats suggèrent que le problème de l'obésité chez les enfants et les adolescents est probablement juste la partie visible de l'iceberg du risque accru de survenue de diabète de type 2 et de maladies cardiaques à la trentaine ou à la quarantaire”, explique l'auteur principal. “Cette étude est importante parce qu'elle démontre que l'association existe bien dans les valeurs actuellement considérées comme normales pour l'IMC, ayant un effet distinct sur ces deux maladies survenant à l'âge adulte”.


Source : New England Journal of Medicine 2011; 364:1315-1325 April 7, 2011 “Adolescent BMI Trajectory and Risk of Diabetes vs. Coronary Disease” via Eurekalert” Adolescent body mass index can predict young adulthood diabetes and heart disease”


Accéder à l'Espace diabète,Cardio, Obésité


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Santelog 71170 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazine