Magazine Poésie

Ca se bouscule au portillon

Par Arielle

1. Il y a une forte affluence
2. J'ai une envie urgente de vomir / déféquer...

Dessin de Caroline TAFOIRY

metro kro copier
Je vais vous parler d'un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître, contrairement à ceux de plus de cinquante ans qui sont passés par Paris et y ont utilisé son métro.
En effet, à cette époque-là, alors que le fameux poinçonneur des Lilas avait encore du travail, l'accès aux quais du métro n'était pas libre comme il l'est maintenant car il y avait, à l'entrée du quai, un portillon qui bloquait les voyageurs dans le couloir d'accès. Autant dire qu'aux heures de pointe, il y avait du monde qui s'entassait là-derrière. Mais la promiscuité n'y était pourtant pas pire que de nos jours dans certains wagons bondés.
Lorsque la rame arrivait dans la station, les battants du portillon s'ouvraient, libérant brutalement la masse des impatients qui, tout en se bousculant les uns les autres, se précipitaient sur le quai pour rentrer dans la rame et dans le bon wagon, selon qu'ils voyageaient en seconde ou première classe (cette dernière ayant été supprimée en 1991).
C'est de cette image du métropolitain que nous vient le premier sens de l'expression, utilisée partout où il y a une foule dense qui trépigne pour avoir accès à quelque chose (à l'entrée d'un spectacle, d'un match de foot...) ou, plus généralement, lorsqu'il y a une affluence plus ou moins inattendue quelque part (un grand nombre de candidats à une élection, un flot important de véhicules sur une route, des paroles prononcées trop rapidement avec les mots en partie mangés, des pensées en quantité et mal contrôlées...).
pic14771.jpg
Le deuxième sens, quelque peu vulgaire, est une extension du précédent qui se réfère également à une affluence plutôt inattendue et au flot des gens qui passent le portillon enfin ouvert. Il peut être employé par ceux qui après une nuit de libations alcoolisées, sont brutalement contraints de régurgiter une partie de ce qu'ils ont avalé ou par ceux qui, au cours de la même soirée, croyant avoir avalé des cachets d'aspirine, ont pris des dragées Fuca. Dans les deux cas, il y a un flot de choses diverses qui doivent impérativement et rapidement sortir par un orifice corporel.

Source : http://www.expressio.fr


Vous pourriez être intéressé par :

Retour à La Une de Logo Paperblog

Ces articles peuvent vous intéresser :

A propos de l’auteur


Arielle 5596 partages Voir son profil
Voir son blog

l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte l'auteur n'a pas encore renseigné son compte

Magazines